Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Sports

L'arrivée de Kaka fait souffler un vent "galactique" sur Madrid

Vidéo par Benoît PERROCHAIS

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/06/2009

Le nouveau président du Real vient de s'offrir le Brésilien Kaka pour 68 millions d'euros, selon la presse espagnole. Une somme qui en fait le deuxième transfert le plus cher de l'Histoire... et qui préfigure une résurrection des "Galactiques".

Difficile d’échapper à la comparaison. En 2001, Zinedine Zidane signe au Real Madrid pour un montant record de 73 millions d’euros. Le 9 juin 2009, le Brésilien Kaka est peut-être devenu - si le montant du transfert est confirmé - le deuxième joueur le plus cher de l’histoire après "Zizou", en rejoignant le club madrilène pour la coquette somme de... 68 millions d’euros (!), selon la presse espagnole.

 

Dans les deux cas, le même homme préside le Real. Il s'agit de Florentino Perez. L'initiative pose dès lors une question : l’arrivée du ballon d’or 2007 dans la capitale espagnole pour 6 ans (c'est en tout cas la durée du contrat qu'il vient de signer), inaugure-t-elle une nouvelle période "galactique" du côté du stade Santiago Bernabeu ?

 

Zinedine Zidane est en effet considéré comme l'incarnation de l’âge d’or du Real. De 2002 à 2006, l’équipe espagnole compte dans ses rangs des joueurs illustres - du Portugais Luis Figo à l'Anglais David Beckham en passant par le Brésilien Roberto Carlos et l'Espagnol Raul - et gagne le surnom de "Galactique". L’architecte de ce 11 historique, Florentino Perez, avait alors dépensé sans compter (200 millions d’euros en 4 ans) pour recruter une myriade de stars, avant de quitter son poste, en 2006.
 

Lors de son retour aux manettes à la fin mai, l’homme d’affaires espagnol n’a pas caché qu’il comptait bien redonner son lustre d'antan à un club qui n’a pas gagné la Ligue des champions depuis 2002. Dans cette perspective, le recrutement de la star brésilienne du Milan AC apparaît donc comme la première étape du plan Perez. "Nous nous employons à mettre sur pied une bonne équipe, et cela ne fait que commencer", a déclaré à la radio espagnole le nouvel homme fort de Madrid, lundi soir, avant d’ajouter qu’il détenait un "trésor de guerre" d’environ 300 millions d’euros pour une deuxième "période galactique".
 

Un trio d'attaque Kaka-Ronaldo-Ibrahimovic ?
 

Après Kaka, le grand dévoreur de stars lorgne désormais ouvertement sur Cristiano Ronaldo, le milieu de terrain portugais de Manchester United, et l’attaquant suédois de l'Inter Milan, Zlatan Ibrahimovic. "Ce sont deux des meilleurs joueurs du monde", confesse-t-il. Florentino Perez n’est pas non plus avare de compliments pour le milieu offensif français du Bayern Munich, Franck Ribéry. Des compliments que l’homme d’affaires espagnol est capable de rapidement transformer en chèque à plusieurs zéros...

 

Deux attaquants, un milieu offensif : le Real imaginé par Perez se veut résolument tourné vers l’avant. Il a d’ailleurs évoqué lors de son intronisation "un projet sportif spectaculaire". Sa promesse risque toutefois de faire ressurgir sans tarder les critiques qui avaient accompagné la fin de son premier règne : une attaque flamboyante, mais une défense à la traîne dont les errements avaient, en partie, coûté le titre de champion d'Espagne au Real entre 2003 et 2006.

 

Reste qu'en bon financier, Florentino Perez a compris que c'est avant tout le spectacle fourni par des attaquants de haut rang qui remplit les caisses d'un club. Lors de son premier passage dans la capitale espagnole, les avant-centres qu'il avait recrutés en avait fait la preuve. Leurs exploits avaient permis d'accroître la vente des produits dérivés. La même logique est-elle de retour ?

 

 

Première publication : 09/06/2009

COMMENTAIRE(S)