Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le costard d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hissène Habré: verdict historique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Verdict historique à Dakar : Hissène Habré, l'ex-président tchadien, condamné à la perpétuité

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes-2016 : Laurent Lafitte et George Miller, les deux piliers du Festival

En savoir plus

FOCUS

Pédophilie dans l'Église : des victimes françaises brisent l’omerta

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Philippe Legrain : "Les réfugiés, une opportunité pour l’économie de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Emily Loizeau, immersion sentimentale et familiale avec l'album "Mona"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Flexisécurité" : le modèle danois est-il transposable en France ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dalian Wanda lance la guerre des parcs d'attraction

En savoir plus

Afrique

La présidente du Sénat prête serment et devient chef de l'État par intérim

Vidéo par Céline BRUNEAU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2009

Comme le prévoit la Loi fondamentale gabonaise, la Cour constitutionnelle a désigné la présidente du Sénat, Rose Francine Rogombé, 66 ans, chef de l'État par intérim après le décès du président Omar Bongo Ondimba.

AFP - Rose Francine Rogombé, 66 ans, désignée mardi présidente du Gabon par intérim, a prêté serment mercredi devant les autorités, deux jours après l'annonce officielle du décès du chef de l'Etat, Omar Bongo Ondimba, a constaté un journaliste de l'AFP.


"Je jure de consacrer toutes mes forces au bien du peuple gabonais, en vue d'assurer son bien-être et de le préserver de tout dommage, de respecter et de défendre la Constitution et l'Etat de droit, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge et d'être juste envers tous", a déclaré Mme Rogombé, née Etomba, ex-présidente du Sénat.

"Je le jure", a-t-elle ajouté, peu avant 11H30 (10H30 GMT), main droite levée, main gauche sur la Constitution.

Au début de la prestation de serment, la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo, a fait observer une minute de silence en mémoire de M. Bongo, dont le décès a été annoncé lundi à Barcelone (Espagne).

La cérémonie s'est déroulée notamment en présence des députés, sénateurs, du Premier ministre et de son gouvernement et de diplomates en poste à Libreville, dans la salle de conférences de la Cité de la Démocratie.

C'est dans cette même salle que le président Bongo, réélu pour sept ans lors d'un scrutin présidentiel organisé en novembre 2005, avait été investi le 19 janvier 2006, a rappelé la presse locale.

Mardi, la Cour constitutionnelle avait confié les fonctions de chef de l'Etat par intérim à Mme Rogombé, après avoir constaté la vacance du pouvoir à la suite du décès de M. Bongo.

Mme Rogombé aura tous les pouvoirs du président de la République élu à quelques exceptions près: elle ne peut organiser de référendum et ne peut dissoudre l'Assemblée, a rappelé la Cour constitutionnelle.

 

Première publication : 10/06/2009

COMMENTAIRE(S)