Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Asie - pacifique

Ahmadinejad fragilisé par son bilan économique

Vidéo par AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2009

Si ses partisans ne tarissent pas d'éloges en ce qui concerne son premier mandat, les adversaires du président sortant Mahmoud Ahmadinejad (Moshen Rezai, notamment) l'attaquent principalement sur son bilan économique, qu'ils jugent "mauvais".

AFP - Le candidat conservateur à l'élection présidentielle iranienne du 12 juin Mohsen Rezaï a concentré lundi le débat télévisé l'opposant au président sortant Mahmoud Ahmadinejad sur le "mauvais" bilan économique de son gouvernement.

M. Rezaï s'est distingué des deux autres adversaires du candidat Ahmadinejad, l'ex-Premier ministre Mir Hossein Moussavi et le réformateur Mehdi Karoubi, en présentant des chiffres précis.

"L'économie du pays souffre de l'inflation et de la stagnation", a dit M. Rezaï, qui est docteur en économie. "Le taux de croissance de l'économie était en moyenne de 6% mais il sera inférieur cette année, et pourrait tomber sous 4% d'ici deux ans", a-t-il dit.

Quand M. Ahmadinejad a dit qu'il était "faux de parler de stagnation", et a maintenu comme lors des précédents débats que l'inflation était passé sous 15%, M. Rezaï l'a immédiatement contredit.

Chiffres de la Banque centrale à l'appui il a indiqué que la hausse des prix était passé de 11,9% en 2006 à 25,4% en 2008. Il a eu des mots très durs pour M. Ahmadinejad tout en affirmant "ne pas vouloir utiliser le terme de menteur".

S'adressant au modérateur du débat, il a estimé qu'"on ne devrait pas dissimuler la réalité avec des chiffres, bien sûr je ne dis pas qu'il (Ahmadinejad, ndlr) est un menteur mais cette manipulation des chiffres n'est pas correcte".

Mohsen Rezaï est un conservateur qui a été pendant seize ans le chef du corps des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime.

Ce débat était le dernier opposant chacun des quatre candidats à un autre.

Première publication : 11/06/2009

COMMENTAIRE(S)