Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Monsieur le président, traitez les migrants humainement !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tribune sur la "liberté d'importuner" : Catherine Deneuve précise sa pensée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : non-lieu pour les soldats français soupçonnés

En savoir plus

LE DÉBAT

Révolutions arabes : que reste-t-il du vent de liberté ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Révolutions arabes : que reste-t-il du vent de liberté ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mexique : le trafic de médicaments, un nouveau fléau florissant

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sandra Nkaké, une artiste inclassable de retour avec un nouvel album

En savoir plus

Afrique

La dépouille d'Omar Bongo Ondimba est arrivée à Libreville

Vidéo par Guillaume COUDERC

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2009

L'avion de l'Armée de l'air espagnole affrété pour transporter la dépouille du président gabonais Omar Bongo Ondimba a atterri à Libreville, la capitale gabonaise. Une foule de 10 000 personnes attendait son arrivée à l'aéroport.

AFP - Environ 10.000 personnes étaient rassemblées jeudi après-midi aux abords de l'aéroport de Libreville dans l'attente de la dépouille mortelle du président gabonais Omar Bongo Ondimba en provenance de Barcelone (Espagne), a constaté un journaliste de l'AFP.
   
Sur le tarmac de l'aéroport Léon Mba, par une forte chaleur, avaient pris place les autorités politiques, institutionnelles, des diplomates et des représentants de toutes les forces de défense et de sécurité du pays, qui doivent rendre au défunt les honneurs militaires.
   
Dans la foule, arborant pour beaucoup des vêtements noirs, étaient visibles des centaines de personnes en T-shirt blanc frappé de la photo de Bongo, sur lequel on pouvait lire: "J'aime et j'admire mon président".
   
"Gloire éternelle à notre regretté président", "Nous sommes le témoin de votre parcours. Nous nous engageons à conserver cet héritage", clamaient également quelques unes des nombreuses affiches et banderoles.
  

Première publication : 11/06/2009

COMMENTAIRE(S)