Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Familles séparées : la grogne monte aux États-Unis

En savoir plus

L’invité du jour

Karine Tuil : "Romancière, je tente à travers l’observation de la société d’en décrypter la complexité"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Boeing : "Il faut maintenir le dialogue entre américains et chinois"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grèce : un allègement de la dette se profile à l'Eurogroupe

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Trump contraint de reculer sur les familles de sans-papiers"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Play it again, Cristiano Ronaldo"

En savoir plus

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée : une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

FRANCE

Près de deux fois plus d'emplois détruits en trois mois qu'en un an

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/06/2009

Avec 187 800 postes supprimés en France au premier trimestre de 2009, l'Hexagone a détruit, en trois mois, près de deux fois plus d'emplois dans le secteur privé que sur l'ensemble de l'année 2008.

L'économie française a détruit près de deux fois plus d'emplois salariés dans le privé au premier trimestre 2009 que sur tout 2008, avec une perte nette de 187.800 postes, selon des chiffres publiés jeudi par l'Insee, qui rejoignent ceux diffusés mercredi par Pôle Emploi.

 

Le nombre de salariés du secteur dit "concurrentiel" (hors agriculture et emplois publics), qui avait baissé de 100.500 l'an dernier, est ainsi ramené à 17,82 millions fin mars, selon ces données définitives de l'Insee, pires qu'une estimation provisoire livrée mi-mai sur un autre périmètre.

 

Pôle emploi, dont le champ statistique est plus étroit, avait fait état mercredi d'une accélération des destructions d'emplois salariés au premier trimestre, avec 175.100 pertes nettes (-1,1%), soit une chute d'ampleur inédite dans l'histoire économique française.

 

Première publication : 11/06/2009