Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

Près de deux fois plus d'emplois détruits en trois mois qu'en un an

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/06/2009

Avec 187 800 postes supprimés en France au premier trimestre de 2009, l'Hexagone a détruit, en trois mois, près de deux fois plus d'emplois dans le secteur privé que sur l'ensemble de l'année 2008.

L'économie française a détruit près de deux fois plus d'emplois salariés dans le privé au premier trimestre 2009 que sur tout 2008, avec une perte nette de 187.800 postes, selon des chiffres publiés jeudi par l'Insee, qui rejoignent ceux diffusés mercredi par Pôle Emploi.

 

Le nombre de salariés du secteur dit "concurrentiel" (hors agriculture et emplois publics), qui avait baissé de 100.500 l'an dernier, est ainsi ramené à 17,82 millions fin mars, selon ces données définitives de l'Insee, pires qu'une estimation provisoire livrée mi-mai sur un autre périmètre.

 

Pôle emploi, dont le champ statistique est plus étroit, avait fait état mercredi d'une accélération des destructions d'emplois salariés au premier trimestre, avec 175.100 pertes nettes (-1,1%), soit une chute d'ampleur inédite dans l'histoire économique française.

 

Première publication : 11/06/2009

COMMENTAIRE(S)