Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

FRANCE

Jacques Chirac dément avoir reçu de l'argent de l'ex-président gabonais

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2009

En réponse à Valéry Giscard d'Estaing qui l'accuse d'avoir été financièrement soutenu par feu Omar Bongo Ondimba lors de la présidentielle de 1981, Jacques Chirac (photo) affirme que ces propos sont "dénués de tout fondement".

AFP - L'ancien président de la République Jacques Chirac a affirmé mercredi à l'AFP que les propos de Valéry Giscard d'Estaing selon lesquels le président gabonais Omar Bongo aurait soutenu financièrement sa campagne pour la présidentielle de 1981 étaient "dénués de tout fondement".

L'ancien chef de l'Etat était interrogé après une réunion du Conseil constitutionnel à laquelle il participait.

"Ces propos sont dénués de tout fondement. Ils ne relèvent que d'une médiocre polémique", a déclaré Jacques Chirac.

Mardi, VGE avait déclaré sur Europe 1, à propos de la présidentielle de 1981 dans laquelle il a brigué en vain sa réélection, affrontant au premier tour M. Chirac: "normalement, vous savez qu'on n'acceptait pas des versements de fonds provenant de pays étrangers qui soutenaient des candidats en France. Et j'ai appris que Bongo soutenait financièrement Jacques Chirac".

L'ex-président, dont la campagne de 1981 fut plombée par l'affaire des diamants du dictateur centrafricain Bokassa, n'a jamais été avare de piques contre son successeur Chirac.

Ce dernier avait trouvé un défenseur mardi en la personne de Charles Pasqua: "basse insinuation", "calomnie" et "vieillesse", a accusé l'ancien ministre de l'Intérieur.

Les relations de M. Giscard d'Estaing avec celui qui fut son Premier ministre sont notoirement mauvaises. Les deux hommes se côtoient au Conseil constitutionnel où ils siègent en tant qu'ex-présidents.

Annoncé officiellement lundi, le décès d'Omar Bongo, figure historique de la "Françafrique", a relancé le débat sur les relations de la classe politique française avec le continent noir, sur fond d'accusations de financement occulte.
 

Première publication : 11/06/2009

COMMENTAIRE(S)