Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jeff Koons, l'icône du néo-pop s'expose à Paris !

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande est-il Vert ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tamir Rice, 12 ans, abattu pour avoir joué avec son pistolet factice"

En savoir plus

SUR LE NET

La communauté afro-américaine appelée au boycott du "Black Friday"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

Sports

"Le transfert de Ronaldo au Real dépasse tout entendement"

Texte par Allaoua MEZIANI

Dernière modification : 11/06/2009

Interrogé par France 24, le directeur du Centre de droit et d’économie du sport à l’Université de Limoges, Jean-Pierre Karaquillo, estime que le Real Madrid a frappé fort en engageant Cristiano Ronaldo.

 

À lire aussi : Ronaldo en voie d'être transféré au Real Madrid pour 94 millions d'euros

 

France 24 : Le nouveau président du Real Madrid, Florentino Perez, est-il "fou" de proposer 94 millions d’euros pour un joueur, fut-il du talent et du niveau de Cristiano Ronaldo ?

Jean-Pierre Karaquillo : Il faut croire que non. Le Real Madrid et son président ne peuvent s’être lancés dans une opération aussi onéreuse sans avoir calculé leur coup. Je crois qu’ils ont dû faire une étude de marché assez précise pour fixer les moindres détails de ce transfert. Et élaborer à l’avance une stratégie de valorisation de Cristiano Ronaldo, afin de rentabiliser ce transfert.

 

Je réalise parfaitement que le montant avancé dépasse tout entendement. Mais le Real Madrid – comme le FC Barcelone, par exemple – est un club tellement spécial, tellement différent, qui évolue dans une sphère d’excellence et d’exigence, qu’il a presque besoin de cela.

 

F24 : Comment peut-on monter une telle opération, au plan économique ?
JPK : Il faut d’abord savoir qu’un transfert comporte plusieurs aspects, qui prennent notamment en compte l’indemnité, négociée à trois - entre les deux clubs concernés et le joueur -, et la prime d’engagement versée au sportif. Le club espagnol n’oubliera pas d’y inclure une clause libératoire exorbitante. Et d’exiger la gestion d’une partie importante des droits d’image du joueur (le Brésilien Kaka, vendu par le Milan AC en début de semaine au Real pour 65 millions d’euros, a cédé 50 % de ses droits d’image à son nouvel employeur, Ndlr).

 

Le Real Madrid doit forcément avoir une idée assez précise de la durée de rentabilité du transfert, mais je reste prudent par rapport aux chiffres généralement avancés par les clubs de football ou les milieux spécialisés. La raison est qu’il n’existe pas, au niveau européen, contrairement à la France, une commission de contrôle de gestion des finances.

 

Quant à l’aspect proprement financier, Florentino Perez et son équipe doivent nécessairement avoir des engagements solides avec les banques. L’intérêt ? Disposer de liquidités au moment voulu et donc rendre possible des transferts aussi vertigineux.

 

F24 : Quelles retombées peut espérer le Real Madrid à court terme ?
JPK : Le Real a déjà gagné en notoriété. Le transfert de Cristiano Ronaldo est un coup de com' extraordinaire. Mais il gagnera aussi en merchandising : vente de maillot, abonnements... Cela pourrait se matérialiser dès la tournée d’intersaison que l’équipe devrait effectuer - en Asie et aux Etats-Unis.
 

Première publication : 11/06/2009

COMMENTAIRE(S)