Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

EUROPE

Une télévision bosniaque diffuse des images inédites de Mladic

Vidéo par Céline BRUNEAU

Dernière modification : 11/06/2009

Une chaîne de télévision bosniaque a laissé entendre que le fugitif Ratko Mladic pouvait circuler librement en Serbie, en diffusant des images inédites - pour la plupart ni datées ni localisées - le montrant vivant de manière ordinaire.

AFP - La télévision bosniaque a diffusé de nouvelles images de Ratko Mladic en cavale, inconnues jusqu'ici, le représentant en joyeuse compagnie, suscitant une nette irritation de la Serbie, soucieuse de ne pas voir remis en cause ses efforts vers l'Europe.
  
Dans son émission "Soixante minutes" diffusée tard dans la nuit de mercredi à jeudi, la télévision bosniaque (FTV) a présenté des vidéos d'amateurs représentant l'ex-chef militaire des Serbes de Bosnie à différentes occasions, notamment lors de ce qui semble être des fêtes familiales.
  
On peut le voir danser, tenir de jeunes enfants dans les bras ou célébrer un événement quelconque, dans une atmosphère festive.
  
L'ancien militaire est réclamé par la justice internationale depuis son inculpation en 1995 par le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie, pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité pendant la guerre en Bosnie (1992-1995).
  
Il apparaît dans ces vidéos aisément reconnaissable, même si sur certaines prises de vue, il semble quelque peu vieilli et amaigri.
  
Un ancien garde du corps de Ratko Mladic avait indiqué mardi dernier devant un tribunal de Belgrade que l'ancien militaire pouvait circuler librement dans Belgrade, encore en 2001, se rendant au restaurant ou à des matches de football.
  
Ratko Mladic, âgé aujourd'hui de 67 ans, ne paraît pas en tout cas avoir choisi de cacher ses traits, comme l'avait fait l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, arrêté en juillet dernier.
  
La TV bosniaque a affirmé que les images avaient été tournées ces douze dernières années.
  
Mais ce sont les images où, selon la télévision, Ratko Mladic aurait été filmé récemment, "peut-être l'hiver dernier", probablement dans une station de skis, qui ont semé la colère de Belgrade, qui répète à l'envi tout faire pour retrouver l'ancien militaire.
  
"Les dernières images filmées (de Ratko Mladic) ont été réalisées il y a huit ans", a déclaré le ministre serbe pour la coopération avec le TPI, Rasim Ljajic, lors d'une conférence de presse jeudi midi.
  
Ratko "Mladic se trouvait pour la dernière fois dans des locaux militaires (serbes) le 1er juin 2002, dans la caserne de Krcmari, près de Valjevo (est de la Serbie)", a-t-il assuré.
  
A Bruxelles, le ministre serbe des Affaires étrangères, Vuk Jeremic, et le commissaire européen à l'Elargissement, Olli Rehn, ont également exprimé leurs doutes appuyés sur le fait que Mladic ait pu être filmé l'hiver dernier.
  
M. Ljajic n'a pas caché son exaspération devant la diffusion des images de la télévision bosniaque, assurant qu'elle n'était "pas accidentelle".
  
Il a indiqué que ces images avaient été saisies au domicile des Mladic, à Belgrade, en décembre 2008, et remises au TPI.
  
"Je n'affirme pas que les images ont été fournies à la télévision par La Haye, mais elle ne viennent sûrement pas de Serbie", a-t-il assuré.
  
Selon lui, certains veulent "minimiser" les progrès enregistrés par la Serbie dans sa coopération avec le TPI.
  
Le ministre a exprimé la crainte que cette diffusion ait pour intention "d'empêcher une position positive des Pays-Bas" sur la coopération de Belgrade avec le Tribunal, de façon à ce que l'on s'interroge de nouveau sur la question de savoir "si la Serbie est prête à livrer les deux fugitifs restants".
  
Le TPI exige l'arrestation de Ratko Mladic, mais aussi de Goran Hadzic, un ancien responsable des Serbes de Croatie.
  
Les Pays-Bas sont particulièrement inflexibles sur la nécessité pour la Serbie de coopérer entièrement avec le TPI pour que Belgrade puisse avancer vers l'Union européenne (UE).
  
Un déblocage de l'avancée de la Serbie vers l'Europe nécessite l'unanimité des Vingt-Sept de l'Union.
  
sar

Première publication : 11/06/2009

COMMENTAIRE(S)