Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Amériques

Deux nouveaux détenus transférés vers le Tchad et l'Irak

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2009

Deux nouveaux détenus - un Irakien et un Tchadien - du camp de Guantanamo ont pu rentrer dans leur pays, ce jeudi. Il s'agit des septième et huitième prisonniers libérés du très controversé centre de détention.

AFP - Deux détenus de Guantanamo, un jeune homme à la double nationalité tchadienne et saoudienne et un Irakien, ont été transférés respectivement vers le Tchad et vers l'Irak, a annoncé jeudi le ministère américain de la Justice.

Jawad Jabber Sadhkan a posé le pied en Irak dans la nuit de mercredi à jeudi, tandis que Mohammed al-Gharani est arrivé jeudi au Tchad, a précisé le ministère dans un communiqué.

Il s'agit des septième et huitième libérations du centre de détention le plus controversé du monde, ouvert en 2002 par George W. Bush, depuis l'arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche.

Arrêté à l'âge de 14 ans par les Américains, Mohammed al-Gharani avait été innocenté par un juge fédéral le 14 janvier après avoir passé sept ans à Guantanamo.

Le ministère ne donne aucune précision sur les conditions dans lesquelles M. Sadhkan a été déclaré libérable, laissant supposer qu'il s'agit du résultat du réexamen de son dossier par le groupe de travail intergouvernemental chargé de déterminer le sort des quelque 240 détenus encore enfermés.

"Alors que l'examen de la situation de chaque détenu se poursuit, le soutien de la communauté internationale est crucial pour la fermeture de la prison de Guantanamo et la sécurité de nos pays", a déclaré dans un communiqué Matthew Olsen, qui dirige le groupe de travail.

Jeudi également, quatre Chinois de la minorité musulmane ouïghoure totalement innocentés depuis des années ont été libérés aux Bermudes, Washington se refusant à les renvoyer en Chine de peur qu'ils y subissent des persécutions.

Lundi, un responsable américain avait assuré à l'AFP que trois détenus allaient "très prochainement" quitter le centre de détention installé sur une base navale américaine à Cuba.

MM. al-Gharani et Sadhkan en faisaient partie, ainsi qu'un Algérien Saber Lahmar qui devait être renvoyé en Bosnie où il résidait lors de son arrestation fin 2001.

Mais, selon une source proche du dossier, alors qu'"il était sur le point de partir, il a demandé à ne pas aller en Bosnie dans l'immédiat".

Interrogé par l'AFP, son avocat Robert Kirsch avait expliqué que son client craignait de ne pas être bien reçu dans son ancien pays de résidence et de ne pouvoir attendre aucun soutien de la part du gouvernement de Sarajevo.

Agé de 39 ans et innocenté par un juge fédéral en novembre 2008 après sept ans et demi à Guantanamo, il a officiellement demandé à être accueilli par la France.

Deux autres anciens détenus de Guantanamo ont été libérés: Binyam Mohammed, un Ethiopien qui résidait en Grande-Bretagne à son arrestation a été accueilli par Londres en janvier, et Lakhdar Boumediene, un Algérien, par la France en mai.

Le président américain Barack Obama a ordonné le 22 janvier la fermeture dans l'année de la prison de Guantanamo, devenue le symbole des excès de la "guerre contre le terrorisme" lancée par George W. Bush après les attentats du 11-Septembre.

Première publication : 12/06/2009

COMMENTAIRE(S)