Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Afrique

Les islamistes modérés du PJD misent sur la victoire

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 14/06/2009

Quelque 13 millions de Marocains étaient appelés aux urnes aujourd'hui pour élire leurs conseillers municipaux. La participation ainsi que les scores du PJD et du PAM, un parti créé par des proches du roi, sont les éléments-clés du scrutin.

Plus de 13 millions de marocains étaient appelés à voter vendredi, pour élire près de 28 000 conseillers municipaux, et ce pour la deuxième fois depuis l’accession au trône du roi Mohammed VI, en 1999.

 

Le mode de scrutin est uninominal dans les petites municipalités. Il est organisé par liste (à la proportionnelle) dans les municipalités dépassant 35 000 habitants.

 

La grande particularité de ce scrutin est le quota de 12 % réservé aux femmes, et ce pour la première fois. Les candidatures féminines s'élèvent à 20 458 sur un total de 130 223 - soit 15,7%, contre 4,8% en 2003.

 

Une participation de quelque 50%

 

Cette fois encore, c’est l’abstention qui apparaît comme le plus sérieux concurrent des candidats issus de trente partis ou qui se présentent "sans appartenance politique". Le taux de participation dépassait à peine 30 % à 16h, selon le gouvernement. Plus tard dans la soirée, le ministre de l'Intérieur, Chakib Benmoussa, a annoncé que selon les chiffres provisoires la participation s'établissait autour de 51%.

 

"L'attention des responsables du gouvernement et des dirigeants de parti se focalisera sur le taux de participation parce qu'ils sont terrifiés par un boycottage : la fameuse apathie des électeurs", a confié à Reuters l'analyste politique Khaled al-Harri.

 

Selon Mohamed Dharif, universitaire et analyste politique interviewé par France 24 : " La participation est l’un des enjeux de ce scrutin, notamment parce que tout le monde parle de l’abstention lors des législatives de 2007. Le ministre de l’Intérieur a essayé de rassurer les médias et l’opinion publique, avant le scrutin, en annonçant que le taux de participation serait élevé, puisque les municipales sont différentes des législatives."

En effet, ces élections - qui sont organisées à mi-chemin entre les deux scrutins législatifs de 2007 et 2012 - risquent de connaître le même sort que le scrutin précédent : la participation n’avait en effet pas dépassé 37 % aux législatives de 2007.

 

L’abstention s’expliquerait en partie par le fait que 53 % des Marocains jugent les partis politiques "corrompus", si on en croit  les résultats d’une enquête réalisée par l’ONG Transparency International.

Abdel Ilah Essalhi, envoyé spécial de France 24 et de RMC Doualiya à Rabat résume les raisons de l'abstention en deux facteurs majeurs selon lui.  "D'abord, le problème vient des partis politiques. Peu de Marocains adhèrent à un parti - ils ne seraient que 2 %, selon certaines données. Ensuite, les Marocains considèrent que ces conseils sont en réalité seulement gérés par l’Etat et qu’ils ne sont pas du tout indépendants. Les élections ne servent qu’à leur procurer une certaine légitimité."

 

Dès le 30 mai et le début de la campagne électorale, les partis ont multiplié les efforts pour inciter les Marocains à voter. Tous ont structuré leurs programmes autour de sujets-clés pour la société marocaine : le chômage, l’analphabétisme, et la situation de la femme.

 

Le PAM, nouveau-né de la scène politique marocaine, concurrence les islamistes

 

Kawtar ben Hammou, jeune candidate du Parti authenticité et modernité (PAM), a justement fait de la situation de la femme son cheval de bataille pour ces élections.

 

La candidate, pharmacienne de profession, est trilingue et a fait ses études à l’étranger. Elle a fait parler d’elle lors de la campagne en se présentant devant les journalistes en jean et débardeur, en signe de liberté et modernité : des valeurs  qu’elle entend transmettre à ses concitoyennes.

 

"Je souhaite voir les femmes et les enfants de mon pays en bonne santé et vivre une vie normale comme en Europe et Amérique du Nord", affirme Kawtar, dont le parti, créé par des proches du roi Mohammed VI, s’affirme comme l’alternative aux islamistes et aux partis anciens, comme l'Istiqlal.

 

Les islamistes créeront-ils de nouveau la surprise ?

 

Le Parti de la justice et du développement (PJD), première force de l’opposition au Maroc, fait également couler beaucoup d'encre et risque de rafler un grand nombre de voix, lors de ces municipales.

 

Le parti avait créé la surprise en 2007, quand il était arrivé en deuxième position aux législatives. Son secrétaire général, Abdelillah Benkirane, ne cache pas son appétit grandissant depuis 2007. "Notre ambition est d'arriver en tête", a-t-il déclaré à l’AFP.

 

Les caméras sont plutôt braquées sur trois grandes villes marocaines : Rabat, Fès et Casablanca. Des villes où ses candidats devront affronter des candidats du PAM et de l’Istiqlal - dont est issu Abbas el-Fassi, le Premier ministre.

 

En effet, le PJD semble avoir moins de chance dans les campagnes, où les liens familiaux et tribaux assurent souvent la victoire aux dignitaires locaux, indiquent les analystes.

 

Le parti se présente comme une alternative à l'élite politique marocaine, qui s'est enrichie au détriment du pays, en laissant décliner les valeurs morales et croître la délinquance.

 

Pour ses détracteurs, le PJD ne cherche qu'à s'emparer du pouvoir pour imposer sa vision restrictive de l'islam et brider les libertés individuelles.

 

Les bureaux de vote, ouverts depuis 8 heures, ont fermé leurs portesà 19h00.

 

Première publication : 12/06/2009

COMMENTAIRE(S)