Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Puppa Lek Sen, héritier du reggae africain

En savoir plus

FOCUS

Proche-Orient : l’essor du tourisme politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tensions entre Grecs et réfugiés sur l’île de Chios

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le plan pour l'islam de France

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : Yellen promet une hausse progressive des taux, les marchés réagissent

En savoir plus

Afrique

Des milliers de Gabonais rendent hommage à Omar Bongo Ondimba

Vidéo par Virginie HERZ , Adel GASTEL

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2009

Depuis le rapatriement du corps d'Omar Bongo Ondimba, jeudi, à Libreville, des milliers de Gabonais lui rendent hommage en défilant devant sa dépouille exposée au palais présidentiel. Il sera inhumé le 18 juin dans sa région natale.

AFP - Des milliers de Gabonais ont rendu hommage vendredi à leur défunt président Omar Bongo Ondimba dont le cercueil était exposé au palais présidentiel de Libreville, tandis que le gouvernement et l'opposition ont commencé à préparer la prochaine élection présidentielle.
  

Le défilé était incessant devant la dépouille du président, installée dans une chapelle ardente dressée dans le palais présidentiel avant son inhumation prévue le 18 juin.
  
"Si je suis là, c'est pour témoigner ma gratitude et ma reconnaissance envers le président. (...) C'est grâce à lui que j'ai eu un emploi" en 1997, explique à l'AFP Elie Lebimbi, lèvres tremblantes, sur l'esplanade du palais.
  
Dans le même complexe, à quelques mètres de là, s'est tenu le premier Conseil des ministres depuis la mort d'Omar Bongo. Présidée par le chef de l'Etat par intérim, Rose Francine Rogombé, ce Conseil avait un ordre du jour unique: l'organisation des obsèques d'Omar Bongo.
  
"Le Conseil s'est préoccupé de l'organisation des obsèques parce que tel était son objet", a affirmé le Premier ministre Jean Eyeghé Ndong.
  
Le Premier ministre a toutefois concédé: "La présidente (Rose Francine Rogombé) a quand même indiqué au gouvernement de prendre des dispositions en vue de l'organisation de l'élection présidentielle. Le gouvernement va devoir travailler immédiatement".
  
Selon la Constitution, la présidente par intérim, investie mercredi, a 45 jours au plus après sa prise de fonction pour organiser un scrutin. Le délai peut toutefois être étendu "en cas de force majeure dûment constatée par la Cour constitutionnelle", selon celle-ci.
  
De l'avis de nombreux observateurs ainsi que certaines sources du gouvernement comme de l'opposition, une révision des listes électorales s'impose avant la tenue de la présidentielle et il serait donc impératif, selon ces sources, de repousser le délai de 45 jours.
  
"Les dispositions constitutionnelles contiennent tous les éléments pour qu'on puisse organiser des élections conformément à la loi fondamentale", a précisé le ministre de l'Intérieur André Mba Obame.
  
"On va apprécier. S'il y a vraiment un cas de force majeure, on avise. Je ne peux pas dire déjà: +c'est court+. Le gouvernement va se pencher sur cette question. Nous sommes déjà à pied d'oeuvre au ministère de l'Intérieur. La commission électorale aussi. Nous soumettrons le résultat des concertations et travaux aux autorités compétentes. La présidente a demandé à ce que cela soit fait dans les plus brefs délai".
  
En coulisses, selon des sources concordantes proches de la présidence et de l'opposition, des négociations sont en cours pour allonger le délai. "Mais, avant, on enterre dignement le président. Après on discute", a souligné l'une de ces sources.
  
A sa sortie du conseil, Ali Ben Bongo, ministre de la Défense et fils du président, considéré comme un possible successeur de son père, s'en est tenu au même discours: "Non seulement il est trop tôt (pour parler de succession) mais en plus c'est indécent. Aujourd'hui, je suis comme tous les Gabonais et tous les Gabonaises, (qui) se préoccupent uniquement de rendre un dernier hommage à leur père disparu. Nous voulons lui rendre un hommage et l'enterrer dignement".
  
"Nous avons choisi le respect de la légalité parce que le défunt président a toujours insisté là-dessus. Nous suivons cela. Aujourd'hui nous sommes uniquement préoccupés par les cérémonies et l'accueil des délégations étrangères. Le reste, on verra", a-t-il ajouté.

Première publication : 12/06/2009

COMMENTAIRE(S)