Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

FRANCE

Les proches d'une victime dénoncent un "filtrage de l'information"

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2009

Les proches d'une victime française du crash du vol Rio-Paris, ayant le sentiment "qu'une partie de la vérité n'est pas délivrée", se sont constitués partie civile, jeudi. Cette famille est la première à procéder à une telle démarche.

Reuters - La famille d'une des victimes françaises de la catastrophe du vol AF447 Rio-Paris s'est constituée partie civile et dénonce un filtrage de l'information, a-t-on appris jeudi auprès de son avocat.
 

Les clients de Me Sophie Bottaï ont "le sentiment qu'une partie de la vérité n'est pas délivrée et que des éléments détenus par les acteurs de la catastrophe n'ont pas été dits", selon un communiqué lu par le cabinet de l'avocate.
 

"Se pose notamment la question légitime de savoir pourquoi l'alerte n'a été déclenchée que plusieurs heures après que l'avion ait cessé d'émettre", indique le texte.
 

Cette famille est la première à se constituer partie civile, une démarche qui lui permettra d'avoir accès au dossier d'enquête.
 

Deux plaintes ont été déposées avant la désignation d'un juge d'instruction pour homicides involontaires mais leurs auteurs ne se sont pas encore portés partie civile.
 

Une information judiciaire sur la catastrophe du vol Rio-Paris d'Air France lundi dernier, qui a fait 228 morts, a été ouverte pour homicides involontaires.
 

La juge Sylvie Zimmerman a été chargée d'instruire le dossier.
 

Le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, a précisé qu'il faisait parvenir un courrier à chaque famille de victimes pour les informer de cette procédure pénale et de la désignation d'associations d'aides aux victimes.
 

Première publication : 12/06/2009

COMMENTAIRE(S)