Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

FRANCE

Les proches d'une victime dénoncent un "filtrage de l'information"

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2009

Les proches d'une victime française du crash du vol Rio-Paris, ayant le sentiment "qu'une partie de la vérité n'est pas délivrée", se sont constitués partie civile, jeudi. Cette famille est la première à procéder à une telle démarche.

Reuters - La famille d'une des victimes françaises de la catastrophe du vol AF447 Rio-Paris s'est constituée partie civile et dénonce un filtrage de l'information, a-t-on appris jeudi auprès de son avocat.
 

Les clients de Me Sophie Bottaï ont "le sentiment qu'une partie de la vérité n'est pas délivrée et que des éléments détenus par les acteurs de la catastrophe n'ont pas été dits", selon un communiqué lu par le cabinet de l'avocate.
 

"Se pose notamment la question légitime de savoir pourquoi l'alerte n'a été déclenchée que plusieurs heures après que l'avion ait cessé d'émettre", indique le texte.
 

Cette famille est la première à se constituer partie civile, une démarche qui lui permettra d'avoir accès au dossier d'enquête.
 

Deux plaintes ont été déposées avant la désignation d'un juge d'instruction pour homicides involontaires mais leurs auteurs ne se sont pas encore portés partie civile.
 

Une information judiciaire sur la catastrophe du vol Rio-Paris d'Air France lundi dernier, qui a fait 228 morts, a été ouverte pour homicides involontaires.
 

La juge Sylvie Zimmerman a été chargée d'instruire le dossier.
 

Le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, a précisé qu'il faisait parvenir un courrier à chaque famille de victimes pour les informer de cette procédure pénale et de la désignation d'associations d'aides aux victimes.
 

Première publication : 12/06/2009

COMMENTAIRE(S)