Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

FRANCE

Trois nouveaux corps repêchés au large du Brésil

Vidéo par Céline MISSOFFE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2009

Trois nouveaux corps ont été repêchés dans l'océan Atlantique, jeudi, dans la zone où l'Airbus d'Air France s'est abîmé en mer, le 1er juin. Des 228 passagers de l'avion disparu, 44 ont, à ce jour, été retrouvés.

REUTERS - Trois nouveaux corps ont été repêchés jeudi dans la zone de l'océan Atlantique où s'est abîmé l'Airbus d'Air France, portant à quarante-quatre le nombre de corps récupérés jusqu'à présent, a annoncé le Brésil.


L'appareil, qui assurait le 1er juin la liaison entre Rio de Janeiro et la France, avait 228 personnes à bord, dont 72 Français.


Les équipes brésiliennes et françaises poursuivent les opérations de recherches pour récupérer des corps et des débris du vol AF447. La zone de recherches est située à environ 1.000 km des côtes nord du Brésil.


Le sous-marin nucléaire français Emeraude a commencé mercredi à rechercher les boîtes noires de l'Airbus A330. Son objectif est de les localiser pour qu'elles puissent être récupérées en cas de découverte par des robots sous-marins embarqués à bord du navire français "Pourquoi pas".


Les causes de la catastrophe, le pire accident dans l'histoire d'Air France, n'ont toujours pas été établies.


Des messages automatiques envoyés par l'avion montrent que les sondes de vitesse, les tubes "Pitot", pourraient avoir transmis des indications erronées, élément possible du drame.


Airbus a assuré jeudi ne pas avoir l'intention de clouer au sol sa flotte d'A330 et d'A340.


Tant le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) que le principal syndicat de pilotes ont indiqué qu'aucun lien n'avait  été établi à ce stade entre les "tubes Pitot" et l'accident.


Par précaution, le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) a fait pression sur Air France pour obtenir que plus aucun A330 et A340 ne décolle depuis mardi sans avoir au moins deux sondes de nouvelle génération sur trois.


Le directeur général d'Air France, Pierre-Henri Gourgeon, a déclaré jeudi ne pas être convaincu que ces sondes aient causé l'accident et a souligné que le nouveau modèle était susceptible d'éviter des incidents, sans être absolument nécessaire à la sécurité des appareils.

Première publication : 12/06/2009

COMMENTAIRE(S)