Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

  • Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

Asie - pacifique

Offensive surprise contre les rebelles

Texte par Cyril PAYEN

Dernière modification : 15/06/2009

Alors que le procès de l’opposante birmane Aung San Suu Kyi s’enlise, l’armée birmane a lancé une offensive contre la rébellion karène, une minorité ethnique qui lutte pour son indépendance depuis 1948.

Le destin continue de s’acharner contre les minorités ethniques birmanes. Ils sont des milliers de Karens à s’entasser dans des camps de fortune le long de la frontière thaïlandaise depuis quelques jours. Et ce sont les plus chanceux. Des centaines d’autres familles, à bout de force, qui, pour certaines d’entre elles, ont dû marcher plus d’une semaine à travers des champs de mines et sous des pluies torrentielles pour fuir leurs villages, sont contraintes de se cacher dans des grottes ou dans la jungle.

 

Un grand nombre de ces réfugiés sont blessés. L’armée birmane a en effet lancé une offensive surprise contre la rébellion karène - la plus ancienne insurrection de l’histoire du pays qui se bat pour son indépendance depuis 1948 - en pleine saison des pluies, un fait rarissime, en s’appuyant sur une milice pro-gouvernementale. Si les populations fuient les combats, ils veulent à tout prix aussi échapper au recrutement forcé des soldats gouvernementaux, qui les utilisent comme porteurs ou, pire, comme "démineur", en les faisant marcher à l’avant des colonnes de militaires. Une pratique courante sur ce front de l’est birman.

 

Les Nations unies ont dépêché des équipes sur place pour évaluer les besoins d’urgence et l’armée thaïlandaise est en état d’alerte maximum. Des obus de mortiers ont en effet atterri du côté thaïlandais ces derniers jours. Au-delà de la nouvelle crise humanitaire qui se profile dans une zone qui compte déjà 120 000 réfugiés répartis dans des camps, dont certains ont dû être créés il y a plus de 20 ans, cette attaque des forces birmanes surprend les observateurs.

 

En provoquant un afflux de réfugiés sur le territoire voisin, la dictature de Rangoon pourrait chercher à "punir" la Thaïlande pour avoir officiellement dénoncé la détention d’Aung San Suu Kyi. La junte militaire semble en tout cas déterminée à neutraliser toute forme d’opposition - politique ou armée - avant les élections de 2010.
 

Première publication : 13/06/2009

COMMENTAIRE(S)