Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

Moyen-Orient

Netanyahou prêt à un État palestinien démilitarisé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2009

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est dit prêt dimanche à accepter la création d'un Etat palestinien démilitarisé. Il n'a cependant que peu évoqué les efforts qu'Israël pourrait faire pour arriver à la paix.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, soumis à de fortes pressions internationales, a accepté dimanche le principe d'un Etat palestinien tout en posant des conditions qui ont été immédiatement rejetées par les Palestiniens.

Dans le même temps, M. Netanyahu s'est refusé à un gel de la colonisation juive, comme le réclame la communauté internationale, le président américain Barack Obama en tête, qui estime que la construction de colonies en Cisjordanie mine la perspective d'un Etat palestinien.

Les deux conditions posées par le Premier ministre portent sur la démilitarisation du futur Etat palestinien et la reconnaissance par la direction palestinienne d'Israël comme Etat du peuple juif.

"Si nous recevons ces garanties sur la démilitarisation et si les Palestiniens reconnaissent Israël comme l'Etat du peuple juif, alors nous parviendrons à une solution basée sur un Etat palestinien démilitarisé au côté d'Israël", a déclaré M. Netanyahu lors de son premier discours de politique étrangère depuis l'élection de février à l'université Bar Ilan, près de Tel Aviv.

"A chacun son drapeau, à chacun son hymne (...) Le territoire alloué aux Palestiniens sera sans armée, sans contrôle de l'espace aérien, sans entrée d'armes, sans la possibilité de nouer des alliances avec l'Iran ou le Hezbollah" libanais, a-t-il ajouté.

M. Netanyahu s'est permis d'avancer cette idée qu'il refusait il y a encore trois mois, alors qu'il ne se sent pas menacé au sein de sa coalition dominée par la droite.

Ses principaux partenaires sont d'accord avec la formule d'un Etat palestinien démilitarisé, sans croire que cela soit réalisable.

"J'appelle nos voisins palestiniens et les dirigeants palestiniens à reprendre immédiatement des discussions de paix sans conditions préalables", a affirmé le dirigeant israélien.

Concernant le dossier crucial de la colonisation, il a affirmé ne pas souhaiter "faire construire de nouvelles colonies ou confisquer de terres au profit d'implantations existantes, mais il faut permettre aux habitants des implantations de vivre normalement", une référence à l'accroissement démographique.

L'Autorité palestinienne a aussitot accusé M. Netanyahu de "torpiller" les efforts de paix.

"Ce discours torpille toutes les initiatives de paix dans la région", a déclaré à l'AFP Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.

"Il entrave les efforts visant à sauver le processus de paix dans un clair défi à l'administration américaine", a-t-il ajouté.

Le porte-parole du Hamas islamiste, Fawzi Barhoum, a pour sa part estimé que "ce discours reflète l'idéologie raciste et extrémiste de Netanyahu et fait fi de tous les droits du peuple palestiniens".

M. Obama a pressé l'Etat hébreu, lors de son discours de réconciliation avec le monde musulman le 4 juin au Caire, d'endosser le principe de "deux Etats pour deux peuples" et appelé à un gel total de la construction dans les colonies de Cisjordanie où vivent plus de 280.000 Israéliens.

M. Netanyahu s'était refusé jusqu'à présent à évoquer la création d'un Etat palestinien, se bornant à parler d'une "paix économique" avec les Palestiniens.

"Le coeur du conflit a toujours été le refus des Arabes d'accepter l'existence d'un Etat juif", a-t-il ajouté en référence notamment au refus des pays arabes en 1947 de reconnaître la résolution de l'Onu en faveur du partage de la Palestine entre un Etat juif et un Etat arabe.

M. Netanyahu a également exclu un retour de réfugiés palestinien en Israël.

"Le problème des réfugiés doit être réglé hors des frontières d'Israël", a-t-il dit. "Leur retour va à l'encontre du maintien d'Israël comme Etat juif."

Sur le dossier iranien, au lendemain de l'annonce de la victoire électorale pour un second mandat de Mahmoud Ahmadinejad, M. Netanyahu a estimé que "la plus grande menace pour Israël, le Proche-Orient et le monde entier, c'est la rencontre entre l'arme nucléaire et l'islam radical".

Un député du Likoud, le parti du Premier ministre, Dani Danon a qualifié le discours de "brillant". "Mais il comportait juste une phrase misérable qui va conduire à la pose de la première pierre d'un Etat palestinien".

Première publication : 14/06/2009

COMMENTAIRE(S)