Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-Orient

Netanyahou s'apprête à exposer sa vision de la paix au Proche-Orient

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/06/2009

Le Premier ministre israélien doit présenter, dimanche, sa politique sur le processus de paix au Proche-Orient. Un discours attendu après les appels de Barack Obama au gel des activités de colonisation en Cisjordanie.

Reuters - Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, doit prononcer dimanche un important discours qui, selon son entourage, va exposer sa vision du processus de paix au Proche-Orient.


Le dirigeant conservateur a jusqu'à présent refusé de répondre aux exigences de son principal allié, les Etats-Unis, qui réclament le gel des activités de colonisation en Cisjordanie et un engagement en faveur de la création d'un Etat palestinien.


"Le Premier ministre a l'intention d'exprimer clairement comment il envisage de faire avancer le processus de paix avec les Palestiniens", a déclaré le porte-parole de Netanyahu, Mark Regev.


"Son dessein est d'avancer sur le chemin d'une réconciliation historique et d'affirmer que toutes les parties ont un rôle à jouer pour que le processus de paix aboutisse", a dit Regev, en faisant référence aux pays arabes de la région.


Le chef du gouvernement israélien, entré en fonctions début avril, n'a pas hésité à défier Barack Obama en refusant de cesser les activités de colonisation.


Le chef du Likoud maintient que les colonies doivent s'adapter à l'expansion démographique naturelle des familles.


Selon des responsables, Netanyahu consacrera une partie de son discours à l'Iran, au lendemain de la réélection de son président Mahmoud Ahmadinejad, qui a appelé à plusieurs reprises à la destruction de l'Etat juif.


Pour Israël, les aspirations nucléaires de Téhéran menacent directement son existence.

 

Doutes à Washington


Le Premier ministre israélien est lié par de précédents accords et notamment par la "feuille de route" de 2003 qui prévoit l'avènement d'un Etat palestinien et la reprise des pourparlers de paix.


Netanyahu estime cependant qu'il faut désormais privilégier dans les discussions les questions économiques, politiques et sécuritaires et non plus se focaliser sur les territoires.


De son côté, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a fait savoir que des négociations seront inutiles tant que les autorités israéliennes ne se seront pas ralliées au principe d'un Etat palestinien et à un gel de la colonisation.


Selon Ofir Akonis, un parlementaire du Likoud et ancien conseiller de Netanyahu, le dirigeant conservateur va probablement proposer à Abbas une reprise immédiate des pourparlers et insister sur la question iranienne.


"Je ne pense pas que Netanyahu va utiliser l'expression "deux Etats pour deux peuples", a déclaré Akonis à la radio israélienne.


Netanyahu a évoqué cette semaine la teneur de son discours avec l'émissaire d'Obama au Proche-Orient, George Mitchell. Or, lors d'une réunion de diplomates du Quartet de médiateurs occidentaux (Etats-Unis, Union europénne, Nations unies, Russie), un diplomate américain a déclaré que les engagements que comptait prendre Netanyahu n'étaient pas en mesure de satisfaire Washington.


Le chef du gouvernement a présenté samedi soir une ébauche de son discours au président Shimon Pérès.

Première publication : 14/06/2009

COMMENTAIRE(S)