Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Dans les coulisses du spectacle chorégraphique du 14 juillet

En savoir plus

SUR LE NET

Israël : des selfies dans les abris anti-bombes

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Une mini tournée africaine pour François Hollande

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

14 juillet : célébrations nationales et centenaire de la Grande Guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lamberto Zannier, secrétaire général de l'OSCE

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Santé : l'Europe perturbée par des substances toxiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Raid Fahmi, ex-ministre irakien des Sciences et Technologies

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Crimes de guerre"

En savoir plus

  • Le défilé du 14-Juillet marqué par le centenaire de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Poursuite des raids israéliens à Gaza, les offres de médiation se multiplient

    En savoir plus

  • En images : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • À Nice, les rassemblements pro-palestiniens interdits par la préfecture

    En savoir plus

  • Vidéo : le Costa Concordia flotte de nouveau

    En savoir plus

  • Chine : des enfants-ouvriers dans l'usine d'un fournisseur de Samsung

    En savoir plus

  • La banque Citigroup paiera sept milliards de dollars pour éviter un procès

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

FRANCE

À Paris aussi, les opposants iraniens manifestent leur colère

©

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 16/06/2009

Deux jours après l’annonce de la victoire de Mahmoud Ahmadinejad à l’élection présidentielle iranienne, une centaine d’Iraniens de France ont manifesté à Paris pour demander l’annulation du scrutin.

Un peu gauche - même timide au début - mais déterminée, une petite centaine d’Iraniens de France s'est rassemblée dans le centre de Paris, dans un quartier piéton de la capitale. Une initiative du Comité indépendant contre la répression des citoyens iraniens, formé juste après l’annonce des résultats de la présidentielle iranienne. Comme à Téhéran et dans d’autres villes du monde, ils protestent contre ce qu’ils appellent le "coup d’Etat" de Mahmoud Ahmadinejad, le président sortant réélu officiellement vendredi avec plus de 63 % des voix.

"Ahmadinejad, Pinochet, l’Iran n’est pas le Chili !", "À bas les Taliban, qu’ils soient à Kaboul ou à Téhéran", scande la foule, tantôt en perse, tantôt en français, en brandissant des pancartes où est inscrit "Where is my vote ?" ("Où est mon vote ?"), ou encore "Ahmadinejad n’est pas mon président". Dans la petite assemblée, le vert domine, en rubans, ballons ou foulards. C'est la couleur choisie par Mir Hossein Moussavi, le principal opposant de Mahmoud Ahmadinejad.

"D’habitude, je ne vais pas voter. Les élections, dans ce régime islamique, ça consiste à choisir entre le mal et le pire. Mais là, j’y suis allé et [Ahmadinejad] a vraiment volé nos votes", témoigne un jeune homme souhaitant garder l’anonymat, à Paris depuis quatre ans. En 1999, il a connu les geôles iraniennes pendant plusieurs jours pour avoir participé aux manifestations étudiantes contre le régime islamique.

 

La crainte d'être reconnus


À Paris, très peu de manifestants osent donner leur nom à la presse. "Je retourne en Iran dans un mois, je ne veux pas avoir de problème", se justifie un jeune homme, étudiant dans la capitale française depuis plusieurs années. Quelques personnes portent des masques médicaux, des foulards et des lunettes de soleil pour ne pas être reconnues.

Mais Arash Naimain, en France depuis deux ans, refuse de se cacher. "Ma mère a été battue, mes amis manifestent avec courage dans les rues de Téhéran. Alors non, je n’ai pas peur. Il faut qu’on soit leurs voix à l’étranger !"

Tous demandent l’annulation pure et simple de l’élection et l’organisation d’un nouveau scrutin sous l’œil d’observateurs internationaux.

Dans la petite foule, les rumeurs vont bon train. Une manifestation monstre, rassemblant des centaines de milliers de personnes, se déroule au même moment à Téhéran. On parle de répression, d’arrestations, même de morts. "Mais on ne peut pas savoir ce qu’il se passe réellement, de nombreux journalistes étrangers ont été expulsés", tempère une femme, souhaitant elle aussi garder l’anonymat.

Pendant ce temps, la centaine de manifestants entonne "Yar-e Dabestani" ("Camarade d’école"), un chant révolutionnaire. Celui-là même que chantaient les étudiants pour protester contre la dictature du Shah à la fin des années 70, puis reprises par les étudiants lors des manifestations de 1999.

 


 

Première publication : 15/06/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)