Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les opposants iraniens tentent une cyber-révolution

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/06/2009

Plusieurs sites internet du gouvernement iranien sont inaccessibles depuis ce lundi, victimes de cyber-attaques. Un mouvement qui prend de l’ampleur mais qui suscite toutefois des réserves de la part de spécialistes de la sécurité.

Alors que dans les rues de Téhéran la colère des opposants gronde, sur le Web une offensive d’un autre type est en cours. Depuis ce lundi, plusieurs sites officiels iraniens, dont le blog du président Mahmoud Ahmadinejad, affichent un étrange message. "Le nombre maximum de visiteurs est atteint, les serveurs sont saturés."
 

Conséquence : le contenu de ces sites est inaccessible. Mais ce n’est probablement pas l’afflux d’internautes pro-Ahmadinejad qui en est à l’origine. Au contraire, des opposants ont lancé une sorte de cyber-révolution qui vise à bloquer l’accès aux sites du régime iranien depuis la réélection du président conservateur.
 

 

Sur le site de microblogging Twitter, un fil spécifique, DDOSIran, appelle les internautes à participer à une attaque internet de type DDOS (Denial of service). Un procédé classique pour les "hackers" qui consiste à surcharger un site de requêtes jusqu’à ce que les serveurs craquent. Les internautes qui participent au mouvement tiennent la communauté au courant du nombre de sites qui tombent sous ces assauts virtuels.
 

Une initiative "stupide" ?
 

Au fil des heures, le mouvement prend de l’ampleur. Plusieurs pages recensent les attaques en cours et les sites qui tombent. On apprend ainsi sur freeiran que le portail de l’ayatollah Ali Khamenei est devenu une cible prioritaire.
 

Mais ces attaques ne font pas l’unanimité. Entre autres, le blogueur et spécialiste de la sécurité informatique russe Evgeny Morozov estime qu’il s’agit d’une initiative "stupide". "Cela ne fait qu’accréditer l’idée qu’Internet peut être dangereux et donne raison au gouvernement iranien dans son entreprise de censurer l’accès au Net", explique-t-il.
 

Les autorités iraniennes ont en effet bloqué l’accès à plusieurs sites internet d’opposants et à certains sites communautaires comme Facebook ou le site de partage de vidéo YouTube le week-end dernier. L’accès aux médias étrangers est également perturbé.

Première publication : 15/06/2009

COMMENTAIRE(S)