Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

Asie - pacifique

Embargo total sur les exportations destinées à la Corée du Nord

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/06/2009

En représailles à l'essai nucléaire effectué par Pyongyang le 25 mai, le Japon a décidé d'imposer un embargo total sur ses exportations à destination de la Corée du Nord. Une décision avant tout symbolique, selon les experts...

AFP - Le gouvernement japonais a décidé mardi d'imposer un embargo total sur les exportations à destination de la Corée du Nord, à la suite de l'essai nucléaire du 25 mai.

"Le gouvernement a approuvé un embargo total sur les exportations à destination de la Corée du Nord", a déclaré à l'AFP Masaru Yamazumi, un responsable du ministère du Commerce.

Cette décision intervient quelques jours après la résolution 1874 votée par le Conseil de Sécurité de l'ONU qui a notamment renforcé l'embargo sur les armes et alourdi les sanctions financières contre Pyongyang.

Selon le site internet du ministère, le Japon n'exportait plus que des machines, des systèmes de transport (véhicule, trains) et des produits alimentaires et électroniques, depuis les précédentes sanctions commerciales adoptées en 2006.

Mais les analystes estiment que ces nouvelles sanctions ne devraient avoir qu'une portée symbolique, le régime communiste réalisant l'essentiel de son commerce avec son voisin et allié chinois.

"Ces sanctions supplémentaires du Japon n'auront pas d'effet significatif sur la Corée du Nord", a estimé Lee Young Hwa, un expert des affaires coréennes à l'Université du Kansai (centre-ouest).

"La seule arme utilisable pour le Japon dorénavant est de convaincre la Chine de jouer le jeu des sanctions de l'ONU", a-t-il ajouté.

Dans la résolution 1874, l'ONU appelle ses membres à inspecter les cargaisons à destination ou en provenance de Corée du Nord, lorsqu'ils suspectent ces chargements de contenir des armes.

L'ONU interdit d'acheter tout type d'armes à la Corée du Nord et n'y autorise que la vente de petites armes légères.

Outre les résolutions de l'ONU, le Japon avait décrété aussi des sanctions bilatérales contre son voisin, après le premier essai nucléaire de la Corée du Nord en 2006.

En vertu de ces mesures, Tokyo interdisait déjà toute importation nord-coréenne, l'accès de ses ports aux navires de Corée du Nord et, sauf cas particulier, l'accès de son territoire à ses ressortissants.

Il proscrivait également les exportations de produits de luxe vers la Corée du Nord, comme le caviar, le thon rouge et les produits hi-tech, une mesure visant particulièrement les cadres du régime communiste.

Le gouvernement japonais avait en outre renforcé son contrôle sur les transferts de fonds vers son voisin début avril, après le tir nord-coréen d'"un missile", selon Tokyo - une "fusée" selon le régime communiste -, qui avait survolé l'archipel avant de s'abîmer dans l'Océan Pacifique.

Première publication : 16/06/2009

COMMENTAIRE(S)