Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

Afrique

L'armée a attaqué une "base" d'Al-Qaïda, selon des sources sécuritaires

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/06/2009

L'armée malienne a attaqué, ce mardi, un groupe d'islamistes armés, membre d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, dans le nord du pays, selon des sources sécuritaires. Il y aurait "plusieurs morts" du côté des islamistes.

AFP - L'armée malienne a attaqué mardi une "base" d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans le nord du pays, près de l'Algérie, faisant "plusieurs morts" dans le camp des combattants islamistes, a-t-on appris de sources sécuritaires.

Selon les observateurs, c'est la première fois que les troupes maliennes attaquent des islamistes armés dans le nord du pays. Cette offensive intervient près de deux semaines après l'annonce, le 3 juin, par Aqmi de l'exécution d'un otage britannique.

"Nous avons attaqué un groupe d'islamistes armés, membres d'Al-Qaïda dans le désert. Il y a eu plusieurs morts de leur côté et nous avons saisi des munitions, détruit des véhicules", a affirmé à l'AFP une source sécuritaire, contactée dans le nord du Mali.

Selon la même source, "l'objectif est de prendre en tenailles les islamistes armés entre le Mali et l'Algérie". "L'Algérie, suit les opérations, nous sommes en contact et nous échangeons des informations", a-t-elle expliqué.

"C'est une base des salafistes située entre le Mali et l'Algérie que nous avons détruit, avec des pertes dans les rangs de l'ennemi", a précisé une autre source sécuritaire. L'attaque a eu lieu dans la région de Timétrine, frontalière de l'Algérie.

"En vertu des accords entre nos deux pays, les Algériens peuvent venir sur notre territoire pourchasser les mêmes salafistes et le Mali a le droit de les poursuivre jusqu'en territoire algérien", a affirmé cette même source, laissant entendre que les deux pays travaillaient "main dans la main".

Le 10 juin, un officier malien ayant participé à l'arrestation d'islamistes dans le nord du Mali avait été assassiné à Tombouctou (nord-ouest) par des hommes soupçonnés d'appartenir à la branche maghrébine d'Al-Qaïda.

Selon un membre de sa famille, interrogé par l'AFP au téléphone, le lieutenant-colonel Lamana Ould Bou, qui était un agent des services de renseignement maliens, a été tué à son domicile.

C'était la première fois que des islamistes tuaient un militaire malien. "C'est un acte de guerre, nous ne laisserons pas ce crime impuni", avait alors affirmé un officier de l'armée malienne.

Les autorités de Bamako ont annoncé leur intention de mener une "lutte sans merci" contre les combattants islamistes, après l'assassinat le 31 mai du touriste britannique Edwin Dyer, qui était détenu depuis janvier par Aqmi.

Edwin Dyer faisait partie d'un groupe de quatre touristes européens capturés le 22 janvier au Niger, à la frontière avec le Mali, par Aqmi, qui avait également revendiqué l'enlèvement de deux diplomates canadiens.

Tous ont été libérés à l'exception d'un otage suisse qui reste toujours détenu par Aqmi. Le 3 juin, la Suisse s'était dite "bouleversée" par l'assassinat du touriste britannique, un "acte barbare" qui n'empêchera pas ses "efforts intenses" pour obtenir la libération de l'otage suisse, avait-elle déclaré.

Le ministère suisse des Affaires étrangères avait alors indiqué être "en étroit contact avec le président malien Amadou Toumani Touré".

Première publication : 16/06/2009

COMMENTAIRE(S)