Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Le déficit public "probablement" supérieur à 6 % en 2009

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/06/2009

Selon le ministre français du Budget, Éric Woerth, le déficit public de la France dépassera "probablement" le seuil de 6 % du PIB en 2009. Le gouvernement prévoyait jusqu'à présent qu'il n'en atteindrait que 5,6 %.

AFP - Le déficit public de la France va "probablement" dépasser les 6% du Produit intérieur brut (PIB) en 2009, a déclaré mardi le ministre du Budget Eric Woerth, alors que le gouvernement tablait précédemment sur un déficit de 5,6%.

Concernant le déficit public, "oui, je pense qu'on va dépasser probablement les 6% sur l'année 2009, parce que la croissance a été revue en baisse, et donc à ce moment-là, quasiment automatiquement, cela a eu un impact sur les déficits", a déclaré M. Woerth sur LCI.

Le dernier collectif budgétaire tablait sur un déficit à 5,6% du PIB en 2009. Mais depuis, le gouvernement a revu en baisse sa prévision de croissance pour l'année, prévoyant désormais une baisse du PIB de 3%.

"Aujourd'hui, la dépense de l'Etat est contenue comme jamais, elle est au niveau de l'inflation. Mais nous avons le problème des recettes, par exemple l'impôt sur les sociétés, on le sait bien, rentre beaucoup moins bien, mais nous l'acceptons et nous l'assumons", a expliqué Eric Woerth.

Interrogé sur le montant de l'impôt sur la fortune (ISF), le ministre a répondu: "je ne sais pas, nous verrons ce que feront les contribuables, mais il est clair que suite à la crise, les valeurs d'actifs ont plutôt diminué, donc on peut penser que l'ISF diminuera".

Le ministre a également une nouvelle fois réaffirmé que le gouvernement n'augmenterait pas les impôts, jugeant que ce serait "une solution de facilité".

Première publication : 16/06/2009

COMMENTAIRE(S)