Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

France : de nouvelles inititatives solidaires en faveur des sans-abris

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Asli Erdogan, les maux de la Turquie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May attendue à Davos ce jeudi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

LE DÉBAT

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 2)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean-Pascal Tricoire : "la mondialisation doit être plus inclusive"

En savoir plus

LE DÉBAT

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : l'enfer de la prison vu par d'anciens détenus

En savoir plus

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

Barack Obama s'engage à assurer la sécurité de la Corée du Sud

Dernière modification : 16/06/2009

Lors d'une visite du président sud-coréen Lee Myung-Bak à Washington, le président américain Barack Obama lui a garanti d'assurer la sécurité de son pays, tout en veillant à l'application des sanctions votées contre la Corée du Nord.

AFP - Le président Barack Obama a affiché mardi sa fermeté face au défi nucléaire lancé par la Corée du Nord à la communauté internationale, ainsi que son engagement à assurer la sécurité du grand allié sud-coréen.

"Nous allons oeuvrer vigoureusement à la dénucléarisation de la péninsule coréenne", a dit M. Obama au côté de son homologue sud-coréen Lee Myung-Bak à la Maison Blanche.

"Nous avons réaffirmé le caractère durable de notre alliance et l'engagement de l'Amérique à assurer la défense de la République de Corée", autrement dit la Corée du Sud, a-t-il dit en pleine surenchère nucléaire du voisin nord-coréen.

M. Obama a assuré qu'il veillerait à une mise en oeuvre ferme des sanctions adoptées vendredi par le Conseil de sécurité de l'ONU contre la Corée du Nord, en particulier celles visant les cargaisons à destination et en provenance de Corée du Nord.

M. Lee était précisément venu chercher les garanties que les Etats-Unis assureraient la sécurité de son pays.

Les derniers mois ont vu une nouvelle escalade de la Corée du Nord, peut-être le pays le plus fermé au monde. Elle a culminé quand le régime de Pyongyang, dernier survivant du stalinisme, a lancé un défi de plus à la communauté internationale en testant pour la deuxième fois une bombe atomique le 25 mai.

Après des mois au cours desquels la Chine surtout, l'un des très rares alliés de la Corée du Nord, aura résisté à des mesures de rétorsion internationales, le Conseil de sécurité de l'ONU a réussi à s'entendre vendredi pour renforcer des sanctions adoptées après un premier essai nucléaire en 2006, quand la Corée du Nord est entrée dans le cercle des puissances nucléaires militaires.

Cela n'a fait qu'irriter encore davantage Pyongyang. Après des années de négociations heurtées pour une dénucléarisation de la Corée du Nord, le régime a prévenu que non seulement il n'était plus question pour lui de renoncer à ses armes nucléaires, mais qu'il allait intensifier la production de matière fissile.

Tout blocus imposé à la Corée du Nord sera assimilé à un acte de guerre, a-t-il averti devant le renforcement par le Conseil de sécurité d'un système international d'inspections des cargaisons à destination ou en provenance de Corée du Nord, et un élargissement de l'embargo sur les armes.

Première publication : 16/06/2009

COMMENTAIRE(S)