Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

L'organisation de "l'État islamique s'étend et se consolide dans des espaces abandonnés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls veut fermer des mosquées salafistes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : regain de violences à Bujumbura

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tsipras sème la zizanie entre la France et l’Allemagne"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les rivages de la Grèce"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les États-Unis et Cuba officialisent leur rapprochement

En savoir plus

DÉBAT

Terrorisme en France : l'islam radical dans le viseur (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Terrorisme en France : l'islam radical dans le viseur (partie 2)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sur les traces du financement de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

EUROPE

Gazprom rajoute de l'eau dans le gaz entre le Bélarus et la Russie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/06/2009

Le géant russe de l'énergie Gazprom a mis le Bélarus en demeure de payer 166 millions d'euros d'arriérés pour des livraisons de gaz entre janvier et avril. Une demande qui rajoute aux tensions politiques entre Moscou et Minsk.

AFP - Le géant russe Gazprom réclame 230 millions de dollars au groupe bélarusse Beltransgaz, a déclaré mercredi à l'AFP un de ses porte-parole, ajoutant aux tensions entre les deux pays alors que 20% du gaz russe destiné à l'Europe passe par le Bélarus.
  
"Gazprom a envoyé une lettre à Beltransgaz réclamant le paiement d'arriérés pour la livraison de gaz de janvier à avril", a déclaré le porte-parole, Denis Ignatiev.
  
Selon l'agence Interfax qui cite un conseiller de l'ambassade russe au Bélarus, Minsk devra régler cette facture avant le 23 juin, ce que n'a pu confirmer le porte-parole de Gazprom.
  
Quelque 20% des importations de gaz russe vers l'UE transitent par le Bélarus, essentiellement vers la Pologne, l'Allemagne et la Lituanie. Le reste passe par l'Ukraine.
  
Les relations entre Moscou et Minsk sont très tendues depuis quelques semaine en raison notamment d'un conflit commercial sur les produits laitiers bélarusses, mais aussi de la volonté affichée de Minsk de se rapprocher de l'Europe.
  
Moscou s'est fréquemment vu reprocher dans le passé d'avoir recours à l'arme énergétique pour faire pression sur ses voisins. La plus grave crise à ce jour l'avait opposée au début de l'année à l'Ukraine, et avait privé de nombreux pays européens de gaz russe pendant deux semaines.

Première publication : 17/06/2009

COMMENTAIRE(S)