Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Atelier des Lumières offre une vie numérique aux œuvres de Klimt

En savoir plus

TECH 24

La guerre des données : pas de confiance, pas de data !

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Gérard Garouste

En savoir plus

Moyen-Orient

Lieberman s'oppose à un "gel absolu et complet de la colonisation"

Vidéo par Benoît PERROCHAIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/06/2009

Lors d'une conférence de presse avec la chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton, le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a indiqué ne pas pouvoir accepter le "gel absolu et complet de la colonisation".

AFP - Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a réitéré mercredi son opposition à un gel total de la colonisation, au cours d'une conférence de presse commune avec son homologue américaine Hillary Clinton.

"Nous n'avons aucune intention de modifier l'équilibre démographique de la Judée-Samarie", a déclaré M. Lieberman, utilisant l'appellation de la droite israélienne pour la Cisjordanie.

"Nous ne pouvons accepter cette vision d'un gel absolu et complet de la colonisation", a ajouté M. Lieberman, qui se tenait au côté de Mme Clinton, avec laquelle il venait d'avoir plus d'une heure d'entretien. "Je pense que nous devons garder la croissance naturelle".

Dirigeant du parti ultranationaliste Israël Beiteinou, M. Lieberman défiait ainsi ouvertement la chef de la diplomatie américaine, qui s'est prononcée récemment pour un gel de la colonisation "sans exception ni croissance naturelle".

Impassible, Mme Clinton a réitéré la position des Etats-Unis.

"Nous voulons que la colonisation s'arrête", a-t-elle déclaré. "Nous pensons que c'est une part importante, et même essentielle, d'efforts destinés à parvenir à un accord de paix global et à la création d'un Etat palestinien voisin d'un Etat juif israélien aux frontières et à l'avenir sûrs".

Première publication : 17/06/2009

COMMENTAIRE(S)