Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bye Bye l'UE !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

EUROPE

Moscou demande à Londres l'extradition d'un homme d'affaires

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/06/2009

La justice russe a envoyé aux autorités britanniques une requête d'extradition d'Evgueni Tchitchvarkine, ex-propriétaire du distributeur de téléphones mobiles Euroset. Il est soupçonné d'extorsion de fonds et d'enlèvement en Russie.

AFP - La justice russe a demandé à la Grande-Bretagne d'extrader Evgueni Tchitchvarkine, ex-propriétaire du premier distributeur russe de téléphones mobiles Euroset, qui se trouve actuellement à Londres, a appris l'AFP mercredi auprès du parquet.

"Aujourd'hui, le parquet général de Russie a envoyé aux autorités compétentes de Grande-Bretagne une requête d'extradition de E. Tchitchvarkine, qui se trouve actuellement à Londres", a déclaré une porte-parole, Marina Gridneva.

M. Tchitchvarkine est soupçonné d'extorsion de fonds et d'enlèvement en Russie, pays qu'il a quitté il y a plusieurs mois.

La justice russe avait ordonné son arrestation en janvier, puis avait demandé en mars à Interpol de lancer un avis de recherche international à son encontre.

Interrogé, le ministère de l'Intérieur britannique s'est refusé à tout commentaire. Un porte-parole a toutefois confirmé que l'homme d'affaires russe se trouvait en Grande-Bretagne, expliquant simplement que "c'était de notoriété publique".

Deux hauts responsables d'Euroset, le vice-président Boris Levine et son adjoint Andreï Ermilov, sont en détention depuis septembre en Russie, également inculpés d'enlèvement et d'extorsion. Leur arrestation était intervenue après des perquisitions menées début septembre pour des raisons inconnues.

Ces responsables sont accusés d'avoir enlevé en 2003 un de leurs collaborateurs, Andreï Vlaskine, qu'ils soupçonnaient d'avoir volé des téléphones portables, pour le contraindre à verser 20 millions de roubles (plus de 600.000 dollars).

Plusieurs personnalités russes, dont le milliardaire Boris Berezovski, bête noire du Premier ministre et ex-président Vladimir Poutine, sont réfugiées à Londres, dont les relations avec Moscou sont tendues.

Plusieurs demandes d'extradition non satisfaites ont contribué à ces dissensions, notamment celle du suspect numéro un, selon la justice britannique, dans l'assassinat au polonium de l'ex-agent russe Alexandre Litvinenko à Londres.

Andreï Lougovoï, un ancien membre du KGB, coule actuellement des jours tranquilles à Moscou où il a été élu député à la Douma en 2007.

Euroset a été vendu en septembre 2008 au banquier Alexandre Mamout, proche du Kremlin. En octobre, l'opérateur russe de téléphonie mobile VimpelCom avait acquis 49,9% de la compagnie pour 226 millions de dollars avec une option pour en acquérir 25% supplémentaires dans trois ans.

Réputé excentrique, le jeune homme d'affaires - né en 1974 - s'est lancé en 2008 dans la politique en participant à la création d'un parti libéral favorable au Kremlin, Pravoe Delo.

Première publication : 17/06/2009

COMMENTAIRE(S)