Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Le système carcéral américain à l’heure de la réforme

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement (partie 2)

En savoir plus

Asie - pacifique

En Occident, de la condamnation à l'indifférence

Vidéo par Romain GOGUELIN , Kattalin LANDABURU , Philippe BOLOPION

Dernière modification : 18/06/2009

Alors que les manifestations contre la réélection de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence iranienne se poursuivent, FRANCE 24 relate comment les principales puissances, de l'ONU à la Russie en passant par l'Union européenne, réagissent.

En Russie, où le président iranien Mahmoud Ahmadinejad s'est rendu pour un sommet des pays émergents, les autorités ne font pas grand cas du mouvement de contestation déclenché par la réelection de celui-ci. "Les questions démocratiques ne figurent pas parmi les priorités de la diplomatie russe", confirme Romain Goguelin, correspondant pour FRANCE 24 à Moscou.

 

Plus nuancé, l'Union européenne tente de ne pas être trop ouvertement critique, tout en laissant une certaine liberté de ton à ses pays membres. "Il ne faut pas oublier que c'est un consensus entre 27 pays, ce qui n'empêche pas certaines nations, comme la France, d'avoir des positions plus marquées", explique Kattalin Landaburu, correspondante pour FRANCE 24 à Bruxelles.

 

Au siège de l'ONU à New York, le secrétaire général Ban Ki-Moon a fait une déclaration très prudente que certains ont qualifié d'attentiste. "Au sein de l'ONU, l'Iran a été très habile en nouant des alliances avec plusieurs pays et en se présentant comme le petit pays qui conteste la prééminence des États-Unis", rappelle Philippe Bolopion, correspondant de FRANCE 24 à l'ONU.

Première publication : 17/06/2009

COMMENTAIRE(S)