Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Afrique

Démission du gouvernement suite au décès de Bongo

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2009

Le gouvernement gabonais a remis sa démission à la présidente intérimaire du Gabon, conformément à la décision de la Cour constitutionnelle, suite au décès du président Omar Bongo (photo), le 8 juin.

AFP - Le Premier ministre Jean Eyeghé Ndong a présenté vendredi à la présidente intérimaire du Gabon la démission de son gouvernement, comme l'avait décidé la Cour constitutionnelle suite au décès du président Omar Bongo, a-t-on appris de source officielle.


"Le Premier ministre a présenté sa démission et celle de son gouvernement à la présidente" intérimaire Rose Francine Rogombé, a déclaré à l'AFP un porte-parole de M. Eyeghé Ndong, Max-Olivier Obame.

Prié de dire si la présidente avait accepté la démission, il a répondu: "bien entendu".

Saisie par Mme Rogombé, la Cour avait statué le 12 juin que "les fonctions du gouvernement (cessaient) automatiquement à l'issue de la prestation de serment du président de la République, élu ou désigné".

La démission avait dans un premier temps été annoncée comme imminente le 13 juin, mais avait finalement été reportée, le temps des obsèques du président défunt.

Omar Bongo, dont le décès a été annoncé le 8 juin, a été inhumé jeudi à Franceville (sud-est) au terme de dix jours d'hommages.

Ces derniers jours, en coulisses, les tractations allaient bon train au sujet du sort du gouvernement, avec en ligne de mire l'organisation d'un scrutin présidentiel et la succession d'Omar Bongo après 41 ans de pouvoir.

Plusieurs hypothèses circulent: la reconduction de la même équipe chargée d'expédier les affaires courantes jusqu'à l'élection; un remaniement ministériel; un changement de Premier ministre; un exécutif resserré ou encore un gouvernement de transition au sein duquel les ministres ne pourraient être candidats à la présidentielle.

De source gouvernementale, on a affirmé à l'AFP que ces questions n'avaient pas encore été tranchées.

D'après la Constitution, la présidente intérimaire doit organiser un scrutin présidentiel 45 jours au plus tard après sa prise de fonctions, intervenue le 10 juin. En "cas de force majeure", ce délai peut être prolongé.

Cette clause pourrait être invoquée en raison de la nécessité, unanimement reconnue, de mettre à jour les listes électorales, estiment plusieurs observateurs.

Première publication : 19/06/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)