Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Turquie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, son avocat et le viol conjugal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Slogans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Crise grecque : Varoufakis préparait un "plan B"

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'OEI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Reims : emballement autour d'une agression

En savoir plus

FOCUS

Les stigmates de manifestations "anti-Charlie" toujours visibles dans le sud du Niger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les tubes de l'été 2015

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Économie partagée : "Les modèles de demain sont encore à inventer"

En savoir plus

SCIENCES

Les fous de l'iPhone étaient au rendez-vous

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/06/2009

La traditionnelle opération de com' d'Apple pour le lancement de son nouvel iPhone a fonctionné. Plus de 500 personnes se sont retrouvées aux Champs Elysées pour acheter le nouvel iPhone 3Gs à la seule boutique parisienne ouverte à 00h01.

Ils sont venus le chercher par une nuit de juin à la douceur presque estivale, à quelque pas de l'Arc de Triomphe à Paris. Plus de 500 personnes attendent, pour certaines depuis 17 heures que la boutique Orange des Champs ouvre ses portes à 00h01. Ils veulent être les premiers à acheter leur Saint-Graal du jour : l'iPhone 3Gs, le nouveau joujou d'Apple.


"Ça fait pitié", lâche un cycliste en passant devant cette énorme queue qui occupe une large partie du trottoir. Deux autres accostent des filles dans la file : "Et ils ne vous le donnent même pas ? Il faut avoir sacrément le moral". Quentin, lui l'a indéniablement. Cet étudiant en informatique de 20 ans a pris le train au Mans le jour même et patiente depuis 21h30. "Ça me fait un petit week-end à environ 200 euros à Paris, heureusement que j'ai des amis pour m'héberger", raconte-t-il. Cette nuit il dépensera encore 149 euros pour acquérir son nouveau téléphone. Sans compter le hamburger qu'il a ingurgité, comme beaucoup d'autres, sans quitter la queue. "Ça fait deux ans que j'attends de l'avoir, j'ai tout Apple mais pas encore le téléphone, j'allais pas rater l'occasion", confesse Quentin.

 


Pour Gontran, c'est une autre histoire. Presque une histoire de Madeleine de Proust. Il a fait tout les lancements d'iPhone depuis le 1er en 2007, "toujours ici aux Champs". Ce jeune versaillais de 22 ans qui travaille dans le design se souvient encore du premier : "c'était le plus dur, en plein mois de novembre, il faisait un peu froid quand même". Et à chaque fois, il veut être parmi les premiers acquéreurs. "J'ai grandi avec Apple, à 10 ans j'ai eu un iPod, je crois que je ferais tous les lancements", assure-t-il.

 

Un tel rassemblement d' "applemaniaques", c'est du pain béni pour la marque et une belle opération de com' gratuite pour Orange qui a l'exclusivité de la vente de l'iPhone jusqu'au 24 avril. Date à laquelle SFR et Bouygues entreront également dans la course. Mais certains réussissent tout de même à garder un certain recul. "Quand je l'aurais, je pourrais enfin mieux dormir", plaisante Gildas, 22 ans. Son amie souligne que c'est "surtout amusant de participer à tout ça".

 

Quand à 00h01, les portes s'ouvrent les premiers clients empruntent le tapis rouge sous les flashs des appareils photos. A l'intérieur, petits fours, jus de fruits et hôtesses au sourire avenant les attendent. Une petite sauterie prévue pour durer jusqu'à 3 heures du matin et réservée à ceux qui passent à la caisse.

 

Les heureux élus sortent par la porte de derrière. Quand Quentin la passe, il a oublié l'attente et le train depuis Le Mans. Sans plus attendre, il fonce au MacDo. Pourquoi ? Car l'Internet y est gratuit, et il pourra synchroniser son iPhone avec son Mac, apporté exprès pour l'occasion. Une demi-heure et quelques manipulations informatiques plus tard, le tour est joué ou presque. Car au moment de finaliser les opérations, un message apparaît sur son écran : "impossible de vous connecter, les serveurs sont peut-être saturés". Il est deux heures du matin, et visiblement il n'est pas le seul à avoir voulu profiter de son nouvel achat sans attendre.

Première publication : 19/06/2009

COMMENTAIRE(S)