Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Inquiétude en Occident après le discours de l'ayatollah Khamenei

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2009

Le Royaume-Uni a qualifié d'"inacceptables" les déclarations de l'ayatollah Ali Khamenei, qui a fortement mis en cause Londres dans son discours. Les autres pays occidentaux ont exprimé leur inquiétude et appelé Téhéran à la retenue.

AFP - Les pays occidentaux ont appelé Téhéran à faire preuve de retenue vendredi après les déclarations du guide suprême iranien, Ali Khamenei, tandis que Londres qualifiait "d'inacceptables" ses accusations contre la Grande-Bretagne.

Ali Khamenei a mis en garde contre la poursuite des manifestations et apporté son soutien à la réélection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad. Il a mis en cause la Grande-Bretagne, huée par les manifestants pendant son prêche.

Les 27 chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne ont appelé les autorités iraniennes à garantir "le droit de tous les Iraniens à se rassembler et à s'exprimer pacifiquement" et "à s'abstenir de recourir à la force contre les manifestations pacifiques".

"L'Union européenne observe avec une grande inquiétude les réponses aux manifestations à travers l'Iran. Elle condamne fermement le recours à la violence contre les manifestants qui a conduit à la mort de plusieurs personnes", ont-ils ajouté dans un texte adopté vendredi au cours d'un sommet à Bruxelle.

Les dirigeants européens ont mis en doute les propos d'Ali Khamenei qui a exclu la fraude, réclamant à nouveau une enquête et estimant que les résultats des élections "devraient refléter les aspirations et les choix du peuple d'Iran".

Particulièrement visé dans le prêche d'Ali Khamenei, Londres a pour sa part convoqué le chargé d'affaires iranien: "Nous avons clairement dit au chargé d'affaires iranien que les propos du guide suprême étaient inacceptables et non fondés sur des faits", a déclaré un porte-parole du Foreign Office dans un communiqué.

Les pays occidentaux "ont montré leur vrai visage, en premier lieu le gouvernement britannique", avait lancé dans son prêche Ali Khamenei alors que la foule criait "A bas la Grande-Bretagne!"

Le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a tenu à faire savoir que la Grande-Bretagne n'était pas isolée dans ses critiques: "Le monde entier regarde l'Iran" et "le monde entier s'exprime", a-t-il déclaré, ajoutant: "Il est juste pour nous de défendre les droits de l'homme, de nous exprimer contre la répression, de condamner la violence et le fait qu'un média libre est empêché de faire son travail". "Et nous continuerons de le faire", a-t-il averti.

Evoquant des "résultats incohérents", le président français Nicolas Sarkozy a appelé les dirigeants iraniens à "ne pas commettre l'irréparable" tandis que le ministère français des Affaires étrangères déclarait appuyer "le droit et le souhait des Iraniens à une transparence et à la verité".

Les partisans de Mir Hossein Moussavi, principal rival d'Ahmadinejad, qui réclament l'annulation de la présidentielle du 12 juin, ont prévu de manifester une nouvelle fois à Téhéran samedi. Leur manifestation a été interdite.

Selon Amnesty International, dont le siège est à Londres, dix personnes ont été tuées au cours des manifestations de l'opposition à Téhéran.

Dans un communiqué rédigé avant le prêche d'Ali Khamenei, le Haut commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme, Mme Navi Pillay s'est inquiétée du "nombre croissant d'arrestations, peut-être menées en dehors du cadre légal". Elle s'est également inquiétée "de la possibilité de recours excessif à la force et d'actes de violence par des membres de milices".

Un porte-parole du Haut commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme, M. Rupert Colville, a estimé à "plusieurs centaines" le nombre d'arrestations, entre "défenseurs des droits de l'homme, journalistes, et chefs de partis politiques".

L'avocate iranienne Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix, a appelé "la communauté internationale à empêcher (le gouvernement iranien) de tirer sur le peuple. "J'attends de la communauté internationale qu'elle empêche la poursuite de la violence de la part du gouvernement. J'attends qu'elle empêche de tirer sur le peuple", a déclaré la militante des droits de l'homme à l'AFP.

Signes des inquiétudes sucitées par l'Iran, troisième producteur mondial de pétrole, les cours du brut atteignaient 72 dollars le baril vendredi matin à New York.

Première publication : 19/06/2009

COMMENTAIRE(S)