Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Christine Salem, la voix du Maloya

En savoir plus

FOCUS

Dans les coulisses du spectacle chorégraphique du 14 juillet

En savoir plus

SUR LE NET

Israël : des selfies dans les abris anti-bombes

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Une mini tournée africaine pour François Hollande

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

14 juillet : célébrations nationales et centenaire de la Grande Guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lamberto Zannier, secrétaire général de l'OSCE

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Santé : l'Europe perturbée par des substances toxiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Raid Fahmi, ex-ministre irakien des Sciences et Technologies

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Disparition de Nadine Gordimer, l'écrivaine nobelisée et anti-apartheid

    En savoir plus

  • Poursuite des raids israéliens à Gaza, les offres de médiation se multiplient

    En savoir plus

  • Tour de France : victime d'une chute, Alberto Contador abandonne

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : "Il n'est jamais trop tard pour rétablir l'histoire"

    En savoir plus

  • Vidéo : À Bamako, on préserve la mémoire des soldats maliens de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • L’armée ukrainienne progresse vers Lougansk

    En savoir plus

  • En images : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Vidéo : le Costa Concordia flotte de nouveau

    En savoir plus

  • François Hollande promet des réformes urgentes et des baisses d'impôts

    En savoir plus

  • À Nice, les rassemblements pro-palestiniens interdits par la préfecture

    En savoir plus

  • Chine : des enfants-ouvriers dans l'usine d'un fournisseur de Samsung

    En savoir plus

  • La banque Citigroup paiera sept milliards de dollars pour éviter un procès

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Vidéo : hommage au dernier tirailleur sénégalais de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Vidéo : le champ de bataille des Dardanelles, un lieu de pèlerinage en Turquie

    En savoir plus

Asie - pacifique

Inquiétude en Occident après le discours de l'ayatollah Khamenei

©

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2009

Le Royaume-Uni a qualifié d'"inacceptables" les déclarations de l'ayatollah Ali Khamenei, qui a fortement mis en cause Londres dans son discours. Les autres pays occidentaux ont exprimé leur inquiétude et appelé Téhéran à la retenue.

AFP - Les pays occidentaux ont appelé Téhéran à faire preuve de retenue vendredi après les déclarations du guide suprême iranien, Ali Khamenei, tandis que Londres qualifiait "d'inacceptables" ses accusations contre la Grande-Bretagne.

Ali Khamenei a mis en garde contre la poursuite des manifestations et apporté son soutien à la réélection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad. Il a mis en cause la Grande-Bretagne, huée par les manifestants pendant son prêche.

Les 27 chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne ont appelé les autorités iraniennes à garantir "le droit de tous les Iraniens à se rassembler et à s'exprimer pacifiquement" et "à s'abstenir de recourir à la force contre les manifestations pacifiques".

"L'Union européenne observe avec une grande inquiétude les réponses aux manifestations à travers l'Iran. Elle condamne fermement le recours à la violence contre les manifestants qui a conduit à la mort de plusieurs personnes", ont-ils ajouté dans un texte adopté vendredi au cours d'un sommet à Bruxelle.

Les dirigeants européens ont mis en doute les propos d'Ali Khamenei qui a exclu la fraude, réclamant à nouveau une enquête et estimant que les résultats des élections "devraient refléter les aspirations et les choix du peuple d'Iran".

Particulièrement visé dans le prêche d'Ali Khamenei, Londres a pour sa part convoqué le chargé d'affaires iranien: "Nous avons clairement dit au chargé d'affaires iranien que les propos du guide suprême étaient inacceptables et non fondés sur des faits", a déclaré un porte-parole du Foreign Office dans un communiqué.

Les pays occidentaux "ont montré leur vrai visage, en premier lieu le gouvernement britannique", avait lancé dans son prêche Ali Khamenei alors que la foule criait "A bas la Grande-Bretagne!"

Le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a tenu à faire savoir que la Grande-Bretagne n'était pas isolée dans ses critiques: "Le monde entier regarde l'Iran" et "le monde entier s'exprime", a-t-il déclaré, ajoutant: "Il est juste pour nous de défendre les droits de l'homme, de nous exprimer contre la répression, de condamner la violence et le fait qu'un média libre est empêché de faire son travail". "Et nous continuerons de le faire", a-t-il averti.

Evoquant des "résultats incohérents", le président français Nicolas Sarkozy a appelé les dirigeants iraniens à "ne pas commettre l'irréparable" tandis que le ministère français des Affaires étrangères déclarait appuyer "le droit et le souhait des Iraniens à une transparence et à la verité".

Les partisans de Mir Hossein Moussavi, principal rival d'Ahmadinejad, qui réclament l'annulation de la présidentielle du 12 juin, ont prévu de manifester une nouvelle fois à Téhéran samedi. Leur manifestation a été interdite.

Selon Amnesty International, dont le siège est à Londres, dix personnes ont été tuées au cours des manifestations de l'opposition à Téhéran.

Dans un communiqué rédigé avant le prêche d'Ali Khamenei, le Haut commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme, Mme Navi Pillay s'est inquiétée du "nombre croissant d'arrestations, peut-être menées en dehors du cadre légal". Elle s'est également inquiétée "de la possibilité de recours excessif à la force et d'actes de violence par des membres de milices".

Un porte-parole du Haut commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme, M. Rupert Colville, a estimé à "plusieurs centaines" le nombre d'arrestations, entre "défenseurs des droits de l'homme, journalistes, et chefs de partis politiques".

L'avocate iranienne Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix, a appelé "la communauté internationale à empêcher (le gouvernement iranien) de tirer sur le peuple. "J'attends de la communauté internationale qu'elle empêche la poursuite de la violence de la part du gouvernement. J'attends qu'elle empêche de tirer sur le peuple", a déclaré la militante des droits de l'homme à l'AFP.

Signes des inquiétudes sucitées par l'Iran, troisième producteur mondial de pétrole, les cours du brut atteignaient 72 dollars le baril vendredi matin à New York.

Première publication : 19/06/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)