Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

FRANCE

L'AESA estime le remplacement des sondes "Pitot" injustifié

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2009

Selon l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), il n'y aurait pas assez d'éléments pour justifier un remplacements des sondes "Pitot" de mesures de vitesses, soupçonnées de défaillance dans l'accident du vol AF 447.

AFP - L'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a annoncé vendredi qu'elle ne disposait pas, à ce jour, d'éléments suffisants pour exiger le remplacement des sondes de mesure de vitesse soupçonnées de défaillance sur un Airbus qui s'est abîmé en mer le 1er juin.

"Dans l'attente de résultats supplémentaires de l'enquête sur l'accident, nous poursuivons notre évaluation technique, qui ne justifie pas, à ce jour, une mesure spécifique contraignante", comme le remplacement général des sondes "Pitot", a indiqué à l'AFP le porte-parole de l'agence, dont le siège est à Cologne (ouest de l'Allemagne) et chargée de la certification des avions en Europe.

L'AESA laisse néanmoins "la porte ouverte" à une telle mesure, "mais aujourd'hui je ne peux pas vous dire si on va prendre" ce type de décision, a souligné le porte-parole, Daniel Höltgen.

"Les informations qu'on a analysées dans notre évaluation technique ne permettent pas de prendre cette décision", a-t-il ajouté.

Aucun lien n'a été fait pour le moment entre un éventuel dysfonctionnement des sondes de mesures de vitesse et l'accident de l'Airbus A330 du vol Air France 447 Rio-Paris qui s'est abîmé dans l'Atlantique.

Sans attendre les conclusions de l'AESA, Air France a remplacé la totalité des sondes de mesure de vitesse "Pitot" sur ses avions long-courriers A330 et A340.

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), chargé de déterminer l'origine de l'accident, avait mis en garde mercredi "ceux qui échafaudent des explications et des scénarios" autour de l'accident du Rio-Paris qui a fait 228 morts le 1er juin.

Interrogé sur les hypothèses évoquées dans la presse --notamment celles selon lesquelles les sondes Pitot, mesurant la vitesse en vol, pourraient être à l'origine de la catastrophe-- le directeur du BEA, Paul-Louis Arslanian, avait répondu: "pour l'instant, nous ne pouvons pas vous dire, et personne ne peut dire, ce qui s'est passé".

Lundi, l'AESA avait également expliqué que pour envisager de demander le remplacement de ces sondes sur les appareils, il faut "que le nouveau matériel ou le remplacement soit utile", que les "nouvelles sondes soient plus performantes"

Première publication : 19/06/2009

COMMENTAIRE(S)