Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Résilience brésilienne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel avenir pour la SNCM?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU se réunit en urgence

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois juifs"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

FRANCE

L'AESA estime le remplacement des sondes "Pitot" injustifié

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2009

Selon l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), il n'y aurait pas assez d'éléments pour justifier un remplacements des sondes "Pitot" de mesures de vitesses, soupçonnées de défaillance dans l'accident du vol AF 447.

AFP - L'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a annoncé vendredi qu'elle ne disposait pas, à ce jour, d'éléments suffisants pour exiger le remplacement des sondes de mesure de vitesse soupçonnées de défaillance sur un Airbus qui s'est abîmé en mer le 1er juin.

"Dans l'attente de résultats supplémentaires de l'enquête sur l'accident, nous poursuivons notre évaluation technique, qui ne justifie pas, à ce jour, une mesure spécifique contraignante", comme le remplacement général des sondes "Pitot", a indiqué à l'AFP le porte-parole de l'agence, dont le siège est à Cologne (ouest de l'Allemagne) et chargée de la certification des avions en Europe.

L'AESA laisse néanmoins "la porte ouverte" à une telle mesure, "mais aujourd'hui je ne peux pas vous dire si on va prendre" ce type de décision, a souligné le porte-parole, Daniel Höltgen.

"Les informations qu'on a analysées dans notre évaluation technique ne permettent pas de prendre cette décision", a-t-il ajouté.

Aucun lien n'a été fait pour le moment entre un éventuel dysfonctionnement des sondes de mesures de vitesse et l'accident de l'Airbus A330 du vol Air France 447 Rio-Paris qui s'est abîmé dans l'Atlantique.

Sans attendre les conclusions de l'AESA, Air France a remplacé la totalité des sondes de mesure de vitesse "Pitot" sur ses avions long-courriers A330 et A340.

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), chargé de déterminer l'origine de l'accident, avait mis en garde mercredi "ceux qui échafaudent des explications et des scénarios" autour de l'accident du Rio-Paris qui a fait 228 morts le 1er juin.

Interrogé sur les hypothèses évoquées dans la presse --notamment celles selon lesquelles les sondes Pitot, mesurant la vitesse en vol, pourraient être à l'origine de la catastrophe-- le directeur du BEA, Paul-Louis Arslanian, avait répondu: "pour l'instant, nous ne pouvons pas vous dire, et personne ne peut dire, ce qui s'est passé".

Lundi, l'AESA avait également expliqué que pour envisager de demander le remplacement de ces sondes sur les appareils, il faut "que le nouveau matériel ou le remplacement soit utile", que les "nouvelles sondes soient plus performantes"

Première publication : 19/06/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)