Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Israël : Tzipi Livni appelle à un gel de la colonisation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Rachat de Fox par Disney : la souris croque le renard pour 66 mds de dollars

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : la performance de Vladimir Poutine scrutée dans les médias

En savoir plus

LE DÉBAT

Russie : Vladimir président, Poutine candidat

En savoir plus

POLITIQUE

Les Républicains : Les travaux d’Hercule de Laurent Wauquiez

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Kev Adams, dans la peau d’un snowboarder surdoué

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Avec Jerusalem, les États-Unis ont réduit les chances d’une solution négociée"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la frontière irlandaise, casse-tête du Brexit

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La réunion de l'OMC accouche de... rien

En savoir plus

Economie

La BCE estime qu'un 2e plan de relance n'est pas nécessaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2009

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, indique qu'aucun plan de relance supplémentaire ne sera nécessaire pour restaurer la croissance économique en 2010. Et annonce une légère amélioration...

Reuters - Aucun plan de relance supplémentaire n'est nécessaire pour retrouver la croissance économique en 2010 mais les mesures de la communauté internationale doivent être appliquées rapidement, a estimé dimanche le président de la Banque centrale européenne (BCE).

Les primes de risques entre banques sont revenues au niveau qui existait avant la faillite de la banque américaine Lehman Brothers le 15 septembre dernier, a ajouté Jean-Claude Trichet sur Europe 1.

Ce retour d'une certaine confiance entre les banques est une preuve que "le marché fonctionne mieux" selon lui. "L'effort qui a été fait est à la mesure du défi qui nous était lancé. (...) Aucun élément supplémentaire n'est nécessaire."

Jean-Claude Trichet a répété que la reprise se ferait en 2010, "à condition que nous fassions tous ensemble ce qui a été lucidement décidé par la communauté internationale (...) de manière aussi rapide que possible".

Pour le président de la BCE, "le premier trimestre a été très mauvais, mais les trimestres suivants seront moins mauvais, jusqu'à une fin d'année qui devrait nous conduire à peu près à la stabilité en termes d'activité".

"Nous devrions enregistrer la reprise de l'activité positive dans le courant de l'année prochaine", a-t-il répété, précisant qu'il y avait sur le sujet un très large consensus entre les prévisionnistes de la BCE, du Fonds monétaire international (FMI) et de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économique).

"Beaucoup dépend de l'énergie avec laquelle nous allons mettre en oeuvre ce qui a été décidé", a-t-il conclu.
 

Première publication : 21/06/2009

COMMENTAIRE(S)