Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

Economie

La BCE estime qu'un 2e plan de relance n'est pas nécessaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2009

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, indique qu'aucun plan de relance supplémentaire ne sera nécessaire pour restaurer la croissance économique en 2010. Et annonce une légère amélioration...

Reuters - Aucun plan de relance supplémentaire n'est nécessaire pour retrouver la croissance économique en 2010 mais les mesures de la communauté internationale doivent être appliquées rapidement, a estimé dimanche le président de la Banque centrale européenne (BCE).

Les primes de risques entre banques sont revenues au niveau qui existait avant la faillite de la banque américaine Lehman Brothers le 15 septembre dernier, a ajouté Jean-Claude Trichet sur Europe 1.

Ce retour d'une certaine confiance entre les banques est une preuve que "le marché fonctionne mieux" selon lui. "L'effort qui a été fait est à la mesure du défi qui nous était lancé. (...) Aucun élément supplémentaire n'est nécessaire."

Jean-Claude Trichet a répété que la reprise se ferait en 2010, "à condition que nous fassions tous ensemble ce qui a été lucidement décidé par la communauté internationale (...) de manière aussi rapide que possible".

Pour le président de la BCE, "le premier trimestre a été très mauvais, mais les trimestres suivants seront moins mauvais, jusqu'à une fin d'année qui devrait nous conduire à peu près à la stabilité en termes d'activité".

"Nous devrions enregistrer la reprise de l'activité positive dans le courant de l'année prochaine", a-t-il répété, précisant qu'il y avait sur le sujet un très large consensus entre les prévisionnistes de la BCE, du Fonds monétaire international (FMI) et de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économique).

"Beaucoup dépend de l'énergie avec laquelle nous allons mettre en oeuvre ce qui a été décidé", a-t-il conclu.
 

Première publication : 21/06/2009

COMMENTAIRE(S)