Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Ehoud Barak rencontre le président Moubarak au Caire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/06/2009

En visite au Caire, le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak, a rencontré le président égyptien Hosni Moubarak. Il a insisté sur le fait que les Arabes devaient reconnaître Israël comme État juif.

AFP - Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a déclaré dimanche, lors d'une brève visite au Caire, que davantage devait être fait pour aboutir à la création d'un Etat palestinien, dont la nécessité pour les Arabes de reconnaître Israël comme Etat juif.
  
M. Barak s'exprimait à l'issue de discussions avec le président égyptien Hosni Moubarak, son homologue égyptien Hussein Tantaoui et le chef des services de Renseignements Omar Souleimane qui mène la médiation entre Israël et le Hamas, mouvement islamiste contrôlant la bande de Gaza, notamment sur la question d'un échange de prisonniers.
  
"Davantage doit être fait pour parvenir à une situation où il est possible pour Israéliens et Palestiniens de vivre dans deux Etat côte à côte en paix et dans le respect mutuel", a déclaré M. Barack à la presse.
  
"Des efforts intenses doivent être déployés lors des prochaines semaines pour aller de l'avant", a-t-il ajouté.
  
Mais le ministre israélien a souligné que tout accord final sur la question palestinienne devait inclure un "respect de la nature d'Israël comme un Etat pour le peuple juif".
  
Il s'est en revanche refusé à s'exprimer sur le sort du soldat israélien Gilad Shalit, enlevé il y a trois ans par des groupes palestiniens de Gaza.
  
Il a indiqué que des dossiers comme la libération de M. Shalit devaient être gérés dans "le secret et loin des médias".
  
Citant une source israélienne, le quotidien panarabe Asharq Al-Awsat a indiqué qu'"un nouveau développement a conduit à des progrès tangibles", sans donner davantage de détails.
  
"Le plus important sujet qui doit être discuté (dimanche) est l'échange de prisonniers", a ajouté cette source.
  
"Le Hamas réalise que le gouvernement de (Benjamin) Netanyahu n'acceptera rien qui n'ait pas été accepté par le gouvernement de (son prédécesseur Ehud) Olmert", a-t-elle dit.
  
"Il existe une nouvelle liste de prisonniers que le Hamas veut voir libérer".
  
"Le gouvernement Netanyahu réalise également qu'il doit mettre un terme au blocus de Gaza et cessé de l'utiliser comme un moyen de renverser le Hamas", a ajouté la source israélienne, citée par le journal.
  
La visite de M. Barack en Egypte a été précédée en mai par celle de Benjamin Netanyahu à Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge, où il avait rencontré le président Moubarak.
  
A cette occasion, Israël et l'Egypte s'étaient mis d'accord pour reprendre les contacts en vue d'un échange de prisonniers, selon une source officielle israélienne.
  
Ce déplacement intervient également après le discours, en juin, du président américain Barack Obama aux musulmans et celui de M. Netanyahu, chef d'un gouvernement dominé par la droite, qui a notamment refusé le gel de la colonisation en Cisjordanie.
  
Ce dernier discours avait été critiqué par Le Caire.
  
L'Egypte est, avec la Jordanie, le seul pays de la région à avoir signé un traité de paix avec Israël (en 1979).

Première publication : 21/06/2009

COMMENTAIRE(S)