Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants veulent court-circuiter la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

Asie - pacifique

"Protester contre la fraude est un droit", selon Moussavi

Vidéo par Audrey RACINE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/06/2009

Mir Hossein Moussavi a de nouveau appelé ses partisans à poursuivre la lutte contre le résultats des élections, les invitant toutefois à la retenue, alors que plusieurs personnes ont trouvé la mort durant les manifestations samedi.

AFP - Mir Hossein Moussavi, rival malheureux de Mahmoud Ahmadinejad à la présidentielle en Iran, a affirmé dimanche que la contestation contre la fraude était un droit, tout en appelant ses partisans à la "retenue", après la mort d'au moins dix personnes dans une manifestation.
   
Plus tôt, Téhéran a durci le ton contre l'Occident et en particulier contre la Grande-Bretagne, accusée d'avoir voulu saboter le scrutin présidentiel du 12 juin, alors que la crise la plus grave depuis la fondation de la République islamique en 1979 est entrée dans sa deuxième semaine.
   

"En tant que personne endeuillée" par les morts de la manifestation de samedi, "j'invite mon cher peuple à la retenue", écrit M. Moussavi, un ancien Premier ministre, dans un communiqué publié par le site internet de son journal Kalemeh.
   
"Protester contre le mensonge et la fraude est votre droit", poursuit M. Moussavi qui conteste les résultats de l'élection et réclame son annulation.
   
"Espérez obtenir vos droits et ne permettez pas que ceux qui veulent vous mettre en colère réussissent", déclare le candidat conservateur modéré, disant aussi souhaiter "que la police et l'armée n'agissent pas de manière irréparable envers le peuple".
   
La télévision d'Etat a affirmé que 10 personnes avaient été tuées et plus de 100 blessées samedi dans des manifestations, mettant en cause des "agents terroristes" munis d'armes à feu et d'explosifs, qu'elle n'a pas identifiés. La chaîne de télévision publique en anglais Press-TV a fait état de 13 morts.
   
Ces décès portent à au moins 17 le nombre de personnes tuées depuis lundi dernier lors des manifestations contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad.
   
De son côté, le président ultraconservateur a demandé à Londres, mais aussi à Washington, de cesser leurs "ingérences" dans les affaires iraniennes.
   
"Ce n'est pas en tenant des propos hâtifs que vous entrerez dans le cercle des amis de la nation iranienne", a déclaré Mahmoud Ahmadinejad sur son site internet. "Pour cette raison, je vous demande de cesser vos ingérences."
   
Peu auparavant, son ministre des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a accusé Londres de complot contre l'Iran, affirmant que "des "+éléments+ liés aux services secrets britanniques" avaient afflué en Iran avant l'élection.
   
A Londres, ces accusations ont été balayées.
   
"Je rejette catégoriquement l'idée que les manifestants en Iran sont manipulés ou motivés par des pays étrangers", a déclaré le secrétaire britannique au Foreign office, David Miliband.
   
De même, à Washington, la démocrate Dianne Feinstein, qui dirige la commission du Renseignement au Sénat, a déclaré que les services de renseignement américains n'avaient que peu de prise sur ce qui se passe en Iran.
   
Au-delà des simples déclarations, les autorités iraniennes ont aussi décidé d'expulser le correspondant permanent de la BBC à Téhéran, Jon Leyne, sommé de quitter le pays sous 24 heures pour avoir "soutenu" les émeutiers, selon l'agence Fars, proche du gouvernement.
   
Le ministère iranien de la Culture a en outre menacé les médias britanniques de "mesures de rétorsion" s'ils continuaient "d'interférer dans les affaires intérieures de notre pays en diffusant des informations mensongères ou inexactes de l'Iran".
   
Selon l'organisation Reporters sans frontières, trois journalistes iraniens ont été arrêtés et incarcérés depuis samedi, portant à 33 le nombre de journalistes et cyberdissidents iraniens derrière les barreaux.
   
Un journaliste canadien qui travaille en Iran pour Newsweek, Maziar Bahari, a été arrêté par les autorités iraniennes, a annoncé pour sa part l'hebdomadaire américain.
   
La chaîne de télévision d'informations en continu à capitaux saoudiens, Al-Arabiya, a annoncé que la fermeture de son bureau de Téhéran, en vigueur depuis le 14 juin, avait été prolongée "jusqu'à nouvel ordre".
   
Et le gouvernement iranien a convoqué les ambassadeurs et représentants des 27 pays européens en poste à Téhéran, selon le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Kohout, dont le pays assure la présidence de l'Union européenne.
   
Le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont pris dimanche la tête des critiques contre les autorités iraniennes, le premier réclamant "que la lumière soit faite" sur l'élection présidentielle, la seconde appelant à "un nouveau décompte des voix".
   
Tous deux ont réclamé la fin de la répression et des violences contre les manifestants.

Première publication : 21/06/2009

COMMENTAIRE(S)