Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Amériques

Obama renforce le contrôle étatique sur l'industrie du tabac

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2009

Le président des États-Unis, Barack Obama, a signé une loi - qualifiée d'historique par certains - qui permet à l'État fédéral d'encadrer la fabrication et la commercialisation de cigarettes.

REUTERS - Barack Obama a ratifié lundi une nouvelle loi anti-tabac qui donne pour la première fois aux autorités de tutelle des pouvoirs coercitifs sur les industriels du secteur.
 

Le président américain, qui a raconté avoir commencé à fumer lorsqu'il était adolescent, a déclaré que la loi permettrait de limiter strictement la possibilité pour les manufacturiers de faire connaitre leurs produits aux jeunes.
 

Le texte permet à la Food and Drug Administration (FDA) d'imposer des limites sévères à la fabrication et à la commercialisation des cigarettes, tout en n'allant pas jusqu'à les interdire purement et simplement.
 

Près d'un Américain sur cinq est un fumeur régulier. Les maladies dûes au tabac font 440.000 morts chaque année aux Etats-Unis.

Première publication : 22/06/2009

COMMENTAIRE(S)