Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Asie - pacifique

Paris et Berlin prennent la tête des critiques contre Téhéran

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/06/2009

L'Occident durcit le ton contre l'Iran. Pour le président français Nicolas Sarkozy,"l'attitude des autorités iraniennes est inexcusable". La chancelière allemande Angela Merkel a, elle, exhorté Téhéran à recompter les voix.

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont pris dimanche la tête des critiques contre les autorités iraniennes, au lendemain d'une manifestation lors de laquelle au moins 10 personnes ont été tuées et plus de 100 blessées.

M. Sarkozy a réclamé "que la lumière soit faite" sur l'élection présidentielle qui a abouti à la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad, et Mme Merkel a appelé à "un nouveau décompte des voix". Tous deux ont réclamé la fin de la répression et des violences contre les manifestants.

"Ce qui se passe en Iran est extrêmement inquiétant, et l’attitude des autorités de Téhéran face au désir légitime de vérité d’une grande partie de la population iranienne est inexcusable", a déclaré M. Sarkozy dans une interview à l'agence de presse qatarie Qatar News Agency.

"Téhéran, après avoir conduit son peuple à l’isolement en se mettant de lui-même au ban de la communauté internationale" en raison de son programme nucléaire, à visée militaire selon les Occidentaux, "le prive aujourd’hui de ses droits démocratiques les plus élémentaires", affirme M. Sarkozy dans cette interview dont le texte a été publié dimanche sur le site internet de la présidence.

Pour M. Sarkozy, "il faut que la lumière soit faite sur ces élections", "il faut que la répression et les violences contre des manifestants pacifiques cessent", "il faut que les libertés d’expression, de communication, que le travail des journalistes, iraniens comme étrangers, soient respectés".

Auparavant, Mme Merkel s'est elle aussi montrée particulièrement déterminée. "J'appelle fermement les dirigeants iraniens (...) à procéder à un nouveau décompte des voix de la présidentielle", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Les autorités iraniennes doivent "autoriser les manifestations pacifiques, ne pas faire usage de violence à l'encontre des manifestants, libérer les opposants emprisonnés, et autoriser les médias à couvrir librement" les événements, a dit la chancelière.

"L'Allemagne est aux côtés de celles et ceux qui, en Iran, veulent faire usage de leur droit à s'exprimer et à se réunir librement", a assuré Mme Merkel.

Le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini a lui aussi appelé Téhéran à "vérifier la volonté exprimée par le peuple" lors de l'élection présidentielle.

Principale cible des critiques de Téhéran envers les Occidentaux, Londres, qui a été accusé de "complot" et d'"ingérences" dans les affaires iraniennes, a rejeté ces accusations.

"Je rejette catégoriquement l'idée que les manifestants en Iran sont manipulés ou motivés par des pays étrangers", a déclaré le secrétaire au Foreign Office, David Miliband. "Je déplore la violence incessante contre ceux qui cherchent à exercer leur droit à l'expression", a-t-il ajouté.

L'Iran a décidé dimanche d'expulser le correspondant de la BBC et a menacé de prendre d'autres mesures contre les médias britanniques.

L'Espagne a exprimé sa solidarité avec "ses partenaires européens (...) accusés d'une manière totalement injustifiée d'avoir attisé les manifestations de protestation et les troubles" en Iran, a indiqué dimanche un porte-parole du ministère espagnol des Affaires étrangères.

L'UE devait rendre publique une réaction dimanche soir ou lundi matin, selon le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Kohout, dont le pays assure jusqu'au 30 juin la présidence tournante de l'Union. Ses ambassadeurs en poste à Téhéran ont été convoqués par les autorités iraniennes, a-t-il indiqué.

Plusieurs ambassades occidentales à Téhéran ont été appelées à ouvrir leur portes aux manifestants.

Interrogé par la chaîne de télévision américaine NBC, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué "les actes de courage incroyables" des manifestants iraniens "face à un régime qui réprime son propre peuple et répand la terreur".

A l'inverse, le président vénézuélien Hugo Chavez, proche allié du régime iranien, a une nouvelle fois apporté son soutien au président Ahmadinejad. "Nous demandons au monde de respecter l'Iran, parce certains tentent de miner la forteresse de la révolution iranienne", a notamment déclaré M. Chavez dans son allocution télévisée hebdomadaire, sans préciser qui était visé par ses propos.

En Europe, des manifestations de soutien aux opposants iraniens se sont déroulées à Hambourg (plus de 2.000 personnes), Berlin (plusieurs centaines). A Paris, ils étaient également plusieurs centaines, tandis qu'une centaine de personnes ont manifesté à La Haye et quelques dizaines à Moscou.

Première publication : 22/06/2009

COMMENTAIRE(S)