Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Asie - pacifique

Paris et Berlin prennent la tête des critiques contre Téhéran

©

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/06/2009

L'Occident durcit le ton contre l'Iran. Pour le président français Nicolas Sarkozy,"l'attitude des autorités iraniennes est inexcusable". La chancelière allemande Angela Merkel a, elle, exhorté Téhéran à recompter les voix.

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont pris dimanche la tête des critiques contre les autorités iraniennes, au lendemain d'une manifestation lors de laquelle au moins 10 personnes ont été tuées et plus de 100 blessées.

M. Sarkozy a réclamé "que la lumière soit faite" sur l'élection présidentielle qui a abouti à la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad, et Mme Merkel a appelé à "un nouveau décompte des voix". Tous deux ont réclamé la fin de la répression et des violences contre les manifestants.

"Ce qui se passe en Iran est extrêmement inquiétant, et l’attitude des autorités de Téhéran face au désir légitime de vérité d’une grande partie de la population iranienne est inexcusable", a déclaré M. Sarkozy dans une interview à l'agence de presse qatarie Qatar News Agency.

"Téhéran, après avoir conduit son peuple à l’isolement en se mettant de lui-même au ban de la communauté internationale" en raison de son programme nucléaire, à visée militaire selon les Occidentaux, "le prive aujourd’hui de ses droits démocratiques les plus élémentaires", affirme M. Sarkozy dans cette interview dont le texte a été publié dimanche sur le site internet de la présidence.

Pour M. Sarkozy, "il faut que la lumière soit faite sur ces élections", "il faut que la répression et les violences contre des manifestants pacifiques cessent", "il faut que les libertés d’expression, de communication, que le travail des journalistes, iraniens comme étrangers, soient respectés".

Auparavant, Mme Merkel s'est elle aussi montrée particulièrement déterminée. "J'appelle fermement les dirigeants iraniens (...) à procéder à un nouveau décompte des voix de la présidentielle", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Les autorités iraniennes doivent "autoriser les manifestations pacifiques, ne pas faire usage de violence à l'encontre des manifestants, libérer les opposants emprisonnés, et autoriser les médias à couvrir librement" les événements, a dit la chancelière.

"L'Allemagne est aux côtés de celles et ceux qui, en Iran, veulent faire usage de leur droit à s'exprimer et à se réunir librement", a assuré Mme Merkel.

Le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini a lui aussi appelé Téhéran à "vérifier la volonté exprimée par le peuple" lors de l'élection présidentielle.

Principale cible des critiques de Téhéran envers les Occidentaux, Londres, qui a été accusé de "complot" et d'"ingérences" dans les affaires iraniennes, a rejeté ces accusations.

"Je rejette catégoriquement l'idée que les manifestants en Iran sont manipulés ou motivés par des pays étrangers", a déclaré le secrétaire au Foreign Office, David Miliband. "Je déplore la violence incessante contre ceux qui cherchent à exercer leur droit à l'expression", a-t-il ajouté.

L'Iran a décidé dimanche d'expulser le correspondant de la BBC et a menacé de prendre d'autres mesures contre les médias britanniques.

L'Espagne a exprimé sa solidarité avec "ses partenaires européens (...) accusés d'une manière totalement injustifiée d'avoir attisé les manifestations de protestation et les troubles" en Iran, a indiqué dimanche un porte-parole du ministère espagnol des Affaires étrangères.

L'UE devait rendre publique une réaction dimanche soir ou lundi matin, selon le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Kohout, dont le pays assure jusqu'au 30 juin la présidence tournante de l'Union. Ses ambassadeurs en poste à Téhéran ont été convoqués par les autorités iraniennes, a-t-il indiqué.

Plusieurs ambassades occidentales à Téhéran ont été appelées à ouvrir leur portes aux manifestants.

Interrogé par la chaîne de télévision américaine NBC, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué "les actes de courage incroyables" des manifestants iraniens "face à un régime qui réprime son propre peuple et répand la terreur".

A l'inverse, le président vénézuélien Hugo Chavez, proche allié du régime iranien, a une nouvelle fois apporté son soutien au président Ahmadinejad. "Nous demandons au monde de respecter l'Iran, parce certains tentent de miner la forteresse de la révolution iranienne", a notamment déclaré M. Chavez dans son allocution télévisée hebdomadaire, sans préciser qui était visé par ses propos.

En Europe, des manifestations de soutien aux opposants iraniens se sont déroulées à Hambourg (plus de 2.000 personnes), Berlin (plusieurs centaines). A Paris, ils étaient également plusieurs centaines, tandis qu'une centaine de personnes ont manifesté à La Haye et quelques dizaines à Moscou.

Première publication : 22/06/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)