Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Arabie saoudite impose sa stratégie à l'Opep

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football : une sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

Sports

Tsonga passe difficilement, Bartoli s'impose sans forcer

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/06/2009

Principal espoir français, Jo-Wilfried Tsonga s'est difficilement imposé au premier tour contre le Kazakh Andrey Golubev. À l'inverse, Marion Bartoli, pourtant incertaine à cause d'une douleur à la cuisse, a balayé la Taïwanaise Chan Yung-Jan.

AFP - Jo-Wilfried Tsonga, meilleur espoir français à Wimbledon, a dû batailler pour venir à bout du Kazakh Andrey Golubev, 73e mondial, mettant près de 3 heures et demie pour l'emporter 6-3, 5-7, 7-6 (7/4), 7-6 (7/5), dans une journée morose pour le camp tricolore.

Le Manceau devrait avoir encore un tour pour se rôder sur gazon: son prochain adversaire, l'Italien Simone Bolelli est surtout un spécialiste de la terre battue. "Il faudra que je sois sérieux. Il est talentueux, même s'il est moins puissant que Golubev", a déclaré Tsonga.

Le Français a dû livrer un match solide, notamment au service, pour se défaire d'un adversaire "particulièrement en forme", qui sans être génial, frappe fort et est capable de jolis coups. "C'est un adversaire difficile: il faut tenir les échanges, tout en étant aussi agressif."

Après un premier set qui semblait annoncer un après-midi tranquille, Tsonga a été un peu chahuté, deux ans après son unique apparition à ce jour sur le gazon londonien, quand il avait été battu en 8e de finale par Richard Gasquet.

Il n'a en effet plus jamais repris le service de son adversaire, perdant le deuxième set sur un mauvais jugement d'une balle de Golubev et recourant aux jeux décisifs dans les deux sets suivants pour l'emporter.

Benneteau inquiète Djokovic


Autant que la bonne performance de son adversaire, Tsonga peut s'en prendre à son incapacité à exploiter les occasions qui se sont offertes à lui: onze balles de break ont été annulées par le Kazakh... Il lui a fallu quatre balles de match pour conclure (après une sur le service de Golubev à 5-4 et deux dans le jeu décisif).

"C'est le point qui me fait mal depuis quelques mois. Sans ça, je me serais envolé au niveau des résultats", reconnaît le N.2 français. "J'ai un pourcentage très faible sur les points importants."

Tsonga n'a pas beaucoup de temps pour remédier à cette faiblesse: si Bolelli est à sa portée, il risque d'avoir ensuite à affronter deux adversaires redoutables, très gros serveurs: le Croate Ivo Karlovic au 3e tour et l'Espagnol Fernando Verdasco en 8e de finale.

Deux jours après sa finale à Eastbourne, Virginie Razzano, a aisément poursuivi sa route bénéficiant de l'abandon de la jeune Autrichienne Tamira Paszek alors que la N.3 française menait 6-0, 3-1. La N.1 tricolore et finaliste en 2007, Marion Bartoli, qui se disait incertaine en raison d'une douleur à la cuisse, n'a fait qu'une bouchée de la Taïwanaise Chan Yung-Jan, 6-0, 6-0.

Aravane Rezaï, Mathilde Johansson et Marc Gicquel se sont également qualifiés dans une journée par ailleurs peu favorable aux Français, même si Julien Benneteau a un temps inquiété le N.4 mondial, lui prenant un set avant de s'incliner.

Adrian Mannarino, Florent Serra, Nicolas Mahut, Edouard Roger-Vasselin, Stéphanie Foretz, Séverine Brémond, Nathalie Dechy, Julie Coin ont perdu.

Première publication : 22/06/2009

COMMENTAIRE(S)