Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Pendant ce temps, au Nigeria..."

En savoir plus

SUR LE NET

Mexique : réactions à l'annonce de la mort de 43 étudiants

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sans-cravates ou sans-culottes ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#StopDjihadisme

En savoir plus

Economie

Carlos Ghosn reconduit à la tête de Nissan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2009

Le Français Carlos Ghosn a été réélu pour deux ans à la tête de Nissan par l'assemblée générale des actionnaires. Sa réélection intervient alors que le constructeur automobile est confronté à l'effondrement de la demande mondiale.

AFP - Le Français Carlos Ghosn a été reconduit mardi à la tête de Nissan par l'assemblée générale des actionnaires, qui s'est tenue alors que le troisième constructeur automobile japonais est confronté, comme ses concurrents, à l'effondrement du marché mondial.

M. Ghosn, 55 ans, préside Nissan depuis 2000. Il est également le PDG du constructeur français Renault, qui contrôle 44% de Nissan.

Sa réélection pour deux ans, par acclamations, par les actionnaires survient alors que Nissan a subi, lors de l'exercice 2008-2009 clos fin mars, sa première perte nette depuis qu'il est arrivé commandes du groupe, la crise économique mondiale ayant provoqué une sévère dégringolade des ventes.

"Cette crise a interrompu notre stratégie de croissance", a expliqué M. Ghosn. Il a reconnu que les dirigeants de Nissan avaient, au plus fort de la crise, été "inquiets pour le financement de l'entreprise", mais que "ces craintes sont maintenant derrière nous".

La reconduction du PDG de Nissan est intervenue le jour même où son principal concurrent, Toyota, devait officialiser le remplacement de son PDG Katsuaki Watanabe par Akio Toyoda, un membre de la famille fondatrice.

M. Ghosn a affirmé que rester au volant de Nissan en temps de crise relevait de sa "responsabilité de dirigeant", et que le contraire constituerait "une désertion".

Il a toutefois été confronté à l'irritation de plusieurs petits porteurs, qui ont dû se contenter pour l'exercice 2008-2009 des 11 yens de dividende versés par Nissan au titre du premier semestre, sans rien recevoir pour le deuxième.

"Dès que nous verrons notre trésorerie redevenir significativement positive et que la crise financière sera derrière nous, nous rétablirons les dividendes", a promis le PDG.

Nissan, qui prévoit de rester dans le rouge en 2009-2010, mise notamment, pour sa croissance future, sur les voitures électriques. Il dévoilera cet été son premier modèle appelé à être commercialisé massivement à partir de 2012.

Première publication : 23/06/2009

COMMENTAIRE(S)