Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

FRANCE

Des doutes subsistent sur le signal des boîtes noires

Vidéo par Elisabeth ALLAIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/06/2009

Selon le site web du Monde, la marine française aurait capté un "signal très faible" émanant des boîtes noires de l'Airbus qui s'est abîmé au large du Brésil le 1er juin. Le BEA a émis des doutes quant à cette information.

Le site du quotidien français Le Monde révèle ce mardi matin que les bâtiments de la marine française et le sous-marin de poche Nautile de l'Ifremer auraient capté un très faible signal pouvant provenir des boîtes noires de l’Airbus A330 d’Air France qui s’est abimé au large du Brésil le 1er juin avec 228 personnes à bord.

 

Le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) a nuancé l'information quelques heures plus tard. Selon l'organisme, aucun signal émanant des boîtes n'a été validé.

 

Pourtant, selon Pierre Sparacco, membre de l’Académie de l’air et de l’espace, "les caractéristiques sonores des balises […] sont telles […] qu’il ne peut pas y avoir de confusion possible avec quoi que ce soit d’autre."

 

Éléments essentiels à l'enquête

 

Dès la disparition de l’appareil dans la nuit du 31 mai au 1er juin, les équipes d’enquêteurs se sont engagées dans une véritable course contre la montre pour retrouver les boîtes noires. Les balises sont prévues pour émettre un signal pendant une trentaine de jours.

 

Le Bureau d’enquêtes et d’analyses a affirmé, au cours d’une conférence de presse la semaine dernière, que l’avion et ses précieux enregistreurs pourraient se trouver à plusieurs milliers de mètres de fond. "En principe, les enregistreurs sont extrêmement bien protégés contre le feu, l’eau, la pression de l’eau. Normalement, sauf mauvaise surprise, on devrait les retrouver en bon état, avec des bandes parfaitement lisibles", explique Pierre Sparacco.

 

Si elles sont localisées et remontées à la surface, ces fameuses boîtes noires - qui sont en réalité oranges pour être plus facilement repérées - pourraient livrer des éléments essentiels à l’enquête. En principe, chaque avion en possède deux. L’une est destinée à enregistrer les conversations dans le cockpit et les communications radios, l’autre conserve les données du vol (notamment la trajectoire, l’altitude et la vitesse de l’avion). Selon leur type, elles peuvent enregistrer entre 30 minutes et 25 heures de données.

 

"Il est impossible de spéculer"

 

"Il n’est pas du tout évident qu’elles parlent, affirme pourtant Pierre Sparacco. Il se pourrait qu’elles indiquent un fonctionnement normal de tous les systèmes à bord jusqu’à un brusque arrêt de l’enregistrement dû à une dislocation de l’avion en vol. Ou il se pourrait aussi que les enregistrements aient continué de fonctionner, ne serait-ce que pour quelques secondes, ce qui fournirait des données immensément importantes. Il est impossible de spéculer."

 

Pour l’heure, aucune piste expliquant la catastrophe n’est privilégiée par les enquêteurs. L’analyse des débris et les 50 corps repêchés en plein océan Atlantique, au large du Brésil, semblent cependant écarter la piste d’une explosion de l’appareil.

Première publication : 23/06/2009

COMMENTAIRE(S)