Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

FRANCE

Des doutes subsistent sur le signal des boîtes noires

Vidéo par Elisabeth ALLAIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/06/2009

Selon le site web du Monde, la marine française aurait capté un "signal très faible" émanant des boîtes noires de l'Airbus qui s'est abîmé au large du Brésil le 1er juin. Le BEA a émis des doutes quant à cette information.

Le site du quotidien français Le Monde révèle ce mardi matin que les bâtiments de la marine française et le sous-marin de poche Nautile de l'Ifremer auraient capté un très faible signal pouvant provenir des boîtes noires de l’Airbus A330 d’Air France qui s’est abimé au large du Brésil le 1er juin avec 228 personnes à bord.

 

Le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) a nuancé l'information quelques heures plus tard. Selon l'organisme, aucun signal émanant des boîtes n'a été validé.

 

Pourtant, selon Pierre Sparacco, membre de l’Académie de l’air et de l’espace, "les caractéristiques sonores des balises […] sont telles […] qu’il ne peut pas y avoir de confusion possible avec quoi que ce soit d’autre."

 

Éléments essentiels à l'enquête

 

Dès la disparition de l’appareil dans la nuit du 31 mai au 1er juin, les équipes d’enquêteurs se sont engagées dans une véritable course contre la montre pour retrouver les boîtes noires. Les balises sont prévues pour émettre un signal pendant une trentaine de jours.

 

Le Bureau d’enquêtes et d’analyses a affirmé, au cours d’une conférence de presse la semaine dernière, que l’avion et ses précieux enregistreurs pourraient se trouver à plusieurs milliers de mètres de fond. "En principe, les enregistreurs sont extrêmement bien protégés contre le feu, l’eau, la pression de l’eau. Normalement, sauf mauvaise surprise, on devrait les retrouver en bon état, avec des bandes parfaitement lisibles", explique Pierre Sparacco.

 

Si elles sont localisées et remontées à la surface, ces fameuses boîtes noires - qui sont en réalité oranges pour être plus facilement repérées - pourraient livrer des éléments essentiels à l’enquête. En principe, chaque avion en possède deux. L’une est destinée à enregistrer les conversations dans le cockpit et les communications radios, l’autre conserve les données du vol (notamment la trajectoire, l’altitude et la vitesse de l’avion). Selon leur type, elles peuvent enregistrer entre 30 minutes et 25 heures de données.

 

"Il est impossible de spéculer"

 

"Il n’est pas du tout évident qu’elles parlent, affirme pourtant Pierre Sparacco. Il se pourrait qu’elles indiquent un fonctionnement normal de tous les systèmes à bord jusqu’à un brusque arrêt de l’enregistrement dû à une dislocation de l’avion en vol. Ou il se pourrait aussi que les enregistrements aient continué de fonctionner, ne serait-ce que pour quelques secondes, ce qui fournirait des données immensément importantes. Il est impossible de spéculer."

 

Pour l’heure, aucune piste expliquant la catastrophe n’est privilégiée par les enquêteurs. L’analyse des débris et les 50 corps repêchés en plein océan Atlantique, au large du Brésil, semblent cependant écarter la piste d’une explosion de l’appareil.

Première publication : 23/06/2009

COMMENTAIRE(S)