Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ÉLÉMENT TERRE

La sixième extinction : comment sauver les espèces ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Salia Sanou chorégraphie son désir d'horizons

En savoir plus

TECH 24

Viva Tech : Paris se rêve en capitale de l'innovation

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La Camargue dans le sillage de ses gardiens

En savoir plus

FOCUS

À Taïwan, la démocratie se conjugue au féminin

En savoir plus

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mark Carney vole au secours de l'économie britannique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

Economie FRANCE

Plus de 33 000 postes de fonctionnaires seront supprimés en 2010

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2009

Un document publié ce mercredi par le ministère français du Budget confirme la suppression de près de 34 000 postes de fonctionnaires en 2010, dont 16 000 dans le seul secteur de l'Éducation nationale.

AFP - 33.754 postes de fonctionnaires seront supprimés en 2010, dont 16.000 dans la seule Education nationale, selon un document d'orientation budgétaire publié mercredi par le ministère du Budget.
   
Après le non remplacement de 30.600 fonctionnaires partant en retraite en 2009, "cet effort de productivité est poursuivi et amplifié en 2010" avec 33.754 postes ETP (équivalent temps plein) supprimés sur 67.900 départs à la retraite prévus, indique ce document, soumis aux députés de la commission des Finances.
   
Selon ce document présenté en vue du prochain débat d'orientation budgétaire pour 2010, l'Education nationale perdrait ainsi 16.000 postes, tandis que les effectifs stagneraient dans l'Enseignement supérieur et la Recherche, de même qu'au ministère du Logement.
   
Le ministère de l'Intérieur perdrait 3.450 postes, celui du Budget et de la Fonction publique 3.020 et celui de l'Ecologie 1.294.
   
Le ministère de l'Agriculture verrait ses effectifs réduits de 730 postes, celui du Travail de 364, celui de l'Economie de 324 et celui des Affaires étrangères de 255.
   
Seul le ministère de la Justice verrait ses effectifs progresser (400 postes), ainsi que les services du Premier ministre (69).

Première publication : 24/06/2009

COMMENTAIRE(S)