Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants veulent court-circuiter la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

Afrique

Londres accepte d'extrader Rafik Khalifa vers l'Algérie

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par Tahar HANI

Dernière modification : 25/06/2009

Après une longue bataille juridique entre Alger et Londres, la justice britannique a donné son feu vert pour l’extradition de l’ex-magnat algérien Rafik Khalifa vers son pays d’origine, où il a été condamné à la prison à perpétuité.

La justice britannique a autorisé, ce jeudi, l’extradition de l’ancien "golden boy" algérien Rafik Khalifa. Peu après cette annonce, son avocate Anna Rothwell a fait part de son intention de faire appel de cette décision.


A la tête d’un riche groupe industriel et financier (compagnie de transport aérien, banques, médias, etc.) au début des années 2000, cet Algérien, aujourd’hui âgé de 43 ans, pharmacien de son état, a déjà été condamné par contumace par la justice algérienne, le 22 mars 2007, à la réclusion à perpétuité pour "association de malfaiteurs, vol qualifié, détournement de fonds, et faux et usage de faux".

 

Le procès de ce fils d’un ancien ministre a eu un retentissement politique sans précédent, tant en France qu’en Algérie. Pas moins de six anciens ministres et 200 témoins, liés directement ou indirectement à l’affaire, ont défilé devant la barre du tribunal d’Alger.

 

L’épopée de Khalifa a commencé vers la fin de la décennie 1990. Profitant des entrées que son père possédait au sein de l’appareil politique et économique algérien, l’ancien businessman fonde Khalifa Bank, qui propose des intérêts mirobolants allant de 11 à 13 %. Une aubaine pour de nombreux actionnaires privés et entreprises publiques qui y ont déposé leurs avoirs.

 

Trois luxueuses villas sur la Croisette

 

La suite est connue. Rafik Abdelmoumen Khalifa, après avoir amassé des fortunes, diversifie ses activités. Il se lance dans le transport aérien (Khalifa Airways, qui se dotera de 13 Boeing achetés en leasing) et dans les médias (chaîne de télévision Khalifa News). Le milliardaire ouvre également une agence de location de voitures de luxe à Paris ainsi qu’à Londres, et sponsorise l’Olympique de Marseille (OM).

 

En 2000, Khalifa achète trois luxueuses villas sur la Croisette cannoise et se lie d’amitié avec les stars du showbiz : Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, le chanteur Cheb Mami… Autant de célébrités qui, à l’époque, n’ont pas hésité à vanter les mérites et le courage du jeune Algérien.


A cette même période, sur la chaîne de télévision française TF1, le journaliste économique Jean-Marc Sylvestre salue, à la faveur d’un entretien exclusif, la réussite et l’ascension fulgurante de ce businessman venu d’Algérie.

 

Comme un château de cartes

 

Seulement voilà, au début de 2003, le public découvre que le groupe Khalifa doit sa montée en puissance à un endettement gigantesque. L’origine des fonds commence à soulever des questions. En France, le parquet de Nanterre ouvre, à la fin de 2003, une information judiciaire contre Rafik Khalifa pour "abus de confiance, banqueroute par détournement d’actifs, banqueroute par dissimulation de comptabilité, blanchiment en bande organisée".

 

De nombreux procès ont lieu en Algérie et en France. L’empire Khalifa s’écroule. Comme un château de carte.

 

Acculé, endetté après avoir perdu tous ses soutiens politiques et médiatiques, Rafik Khalifa s’est réfugié à Londres pour fuir la justice algérienne. Qui risque désormais de le rattraper.

 

Première publication : 25/06/2009

COMMENTAIRE(S)