Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

Asie - pacifique

Le pouvoir accroît sa pression sur Mir Hossein Moussavi

Vidéo par Siavosh GHAZI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/06/2009

Mir Hossein Moussavi, candidat malheureux et leader de la contestation en Iran, affirme subir des pressions pour retirer sa demande d'annulation du scrutin du 12 juin. Le pouvoir, qui a exclu l'annulation, admet avoir arrêté des opposants.

AFP - Mir Hossein Moussavi, chef du mouvement de contestation de la réélection du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré jeudi qu'il était "sous pression" pour retirer sa demande d'annulation de la présidentielle du 12 juin, selon son site internet.

"De récentes pressions visent à me faire renoncer à ma demande d'annulation de l'élection", a déclaré M. Moussavi, arrivé deuxième derrière M. Ahmadinejad, sur son site Kalemeh.

Le 23 juin, le bureau de campagne de M. Moussavi a fait état dans un rapport de fraudes et d'irrégularités présumées commises lors du scrutin, réclamant la création d'une "commission vérité" pour réexaminer le processus électoral.

Le rapport dénonce "l'utilisation à une large échelle des moyens du gouvernement en faveur de son candidat", le président sortant Mahmoud Ahmadinejad, largement vainqueur du scrutin du 12 juin avec 63% des voix. Il critique également le choix des membres des comités chargés d'organiser les élections, sélectionnés parmi des partisans de M. Ahmadinejad.

Le pouvoir iranien a exclu l'annulation de la présidentielle contestée du 12 juin et annoncé que le nouveau président et son gouvernement allaient être investis entre le 26 juillet et 19 août.


 

Première publication : 25/06/2009

COMMENTAIRE(S)