Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

EUROPE

Erdogan déplore la lenteur des négociations d'adhésion à l'UE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/06/2009

"Aucun autre pays candidat n'a subi ce traitement", s'est plaint le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, vendredi, lors d'une visite à Bruxelles, évoquant les négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne (UE).

AFP - Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déploré vendredi la lenteur des négociations sur l'adhésion de son pays à l'UE et critiqué l'obstruction de certains pays, comme la France ou l'Allemagne, ainsi que l'atmosphère des récentes élections européennes.

"Certains pays ont adopté une attitude politique dans le processus de négociations et leurs efforts pour ralentir les choses nous attristent", a déclaré M. Erdogan lors d'une rencontre avec des journalistes à Bruxelles, dans une allusion à la République de Chypre, la France ou l'Allemagne.

La Turquie a entamé en octobre 2005 des négociations en vue de son adhésion à l'UE. Depuis cette date, Ankara n'a ouvert au total que 10 "chapitres" thématiques sur les 35 qui jalonnent ses laborieuses négociations d'adhésion.

Les pays de l'UE doivent en principe accepter d'en ouvrir un onzième, sur la fiscalité, mardi à Bruxelles.

Huit chapitres sont gelés depuis décembre 2006 en raison du refus de la Turquie d'autoriser la République de Chypre à accéder à ses ports et aéroports.

La France, de son côté, a bloqué l'ouverture de cinq chapitres qui à ses yeux conduiraient directement à l'adhésion, perspective que son président Nicolas Sarkozy refuse, à l'instar de l'Allemagne ou l'Autriche.

"Aucun autre pays candidat n'a subi ce traitement", s'est plaint M. Erdogan. "Cette situation anormale doit changer", a-t-il ajouté, "il est difficile de comprendre pourquoi il n'y a pas de progrès sur les chapitres".

Le chef du gouvernement a plus généralement dénoncé l'atmosphère à ses yeux anti-turque de la campagne des récentes élections européennes dans certains pays où la perspective de l'adhésion turque a été agitée comme un épouvantail.

"Certains hommes politiques à l'esprit étroit ont utilisé la Turquie à des fins électorales, nous pensons que c'est populiste et erroné", a-t-il jugé.

Il a de nouveau refusé catégoriquement le "partenariat privilégié" avec l'UE offert à la Turquie par la France et l'Allemagne, en qualifiant de "discriminante" l'attitude de M. Sarkozy.

"Je ne peux accepter la position de la France et de l'Allemagne", a-t-il dit, "nous ne voulons rien de moins que l'adhésion pleine et entière".

Première publication : 26/06/2009

COMMENTAIRE(S)