Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

À Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La fin du calvaire pour Peter Theo Curtis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls : le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu à Gaza : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

  • Israël-Palestine, Libye, Russie... Ce que préconise François Hollande

    En savoir plus

  • Kiev dénonce une invasion russe et en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : à Paris, les coiffeuses sans-papiers de Château d'eau se rebellent

    En savoir plus

  • Matignon dément toute intention de toucher aux 35 heures

    En savoir plus

  • Michel Platini renonce à briguer la présidence de la Fifa

    En savoir plus

  • Trafic présumé de bébés : le président du Parlement a quitté le Niger

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

EUROPE

Erdogan déplore la lenteur des négociations d'adhésion à l'UE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/06/2009

"Aucun autre pays candidat n'a subi ce traitement", s'est plaint le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, vendredi, lors d'une visite à Bruxelles, évoquant les négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne (UE).

AFP - Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déploré vendredi la lenteur des négociations sur l'adhésion de son pays à l'UE et critiqué l'obstruction de certains pays, comme la France ou l'Allemagne, ainsi que l'atmosphère des récentes élections européennes.

"Certains pays ont adopté une attitude politique dans le processus de négociations et leurs efforts pour ralentir les choses nous attristent", a déclaré M. Erdogan lors d'une rencontre avec des journalistes à Bruxelles, dans une allusion à la République de Chypre, la France ou l'Allemagne.

La Turquie a entamé en octobre 2005 des négociations en vue de son adhésion à l'UE. Depuis cette date, Ankara n'a ouvert au total que 10 "chapitres" thématiques sur les 35 qui jalonnent ses laborieuses négociations d'adhésion.

Les pays de l'UE doivent en principe accepter d'en ouvrir un onzième, sur la fiscalité, mardi à Bruxelles.

Huit chapitres sont gelés depuis décembre 2006 en raison du refus de la Turquie d'autoriser la République de Chypre à accéder à ses ports et aéroports.

La France, de son côté, a bloqué l'ouverture de cinq chapitres qui à ses yeux conduiraient directement à l'adhésion, perspective que son président Nicolas Sarkozy refuse, à l'instar de l'Allemagne ou l'Autriche.

"Aucun autre pays candidat n'a subi ce traitement", s'est plaint M. Erdogan. "Cette situation anormale doit changer", a-t-il ajouté, "il est difficile de comprendre pourquoi il n'y a pas de progrès sur les chapitres".

Le chef du gouvernement a plus généralement dénoncé l'atmosphère à ses yeux anti-turque de la campagne des récentes élections européennes dans certains pays où la perspective de l'adhésion turque a été agitée comme un épouvantail.

"Certains hommes politiques à l'esprit étroit ont utilisé la Turquie à des fins électorales, nous pensons que c'est populiste et erroné", a-t-il jugé.

Il a de nouveau refusé catégoriquement le "partenariat privilégié" avec l'UE offert à la Turquie par la France et l'Allemagne, en qualifiant de "discriminante" l'attitude de M. Sarkozy.

"Je ne peux accepter la position de la France et de l'Allemagne", a-t-il dit, "nous ne voulons rien de moins que l'adhésion pleine et entière".

Première publication : 26/06/2009

COMMENTAIRE(S)