Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Economie

Qantas annule une commande de 15 Boeing

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/06/2009

La compagnie aérienne australienne Qantas a annulé vendredi une commande de 15 Boeing "Dreamliner" et a reporté la livraison de 15 autres appareils. Cette décision va lui permettre d'économiser 3 milliards de dollars américains.

AFP - La compagnie aérienne australienne Qantas a annoncé vendredi avoir annulé une commande de 15 Boeing "Dreamliner" et obtenu le report de la livraison de 15 autres appareils, en raison de la détérioration de l'environnement économique.

L'annulation de la commande va faire économiser 3 milliards de dollars américains à la compagnie, a indiqué le directeur général de Qantas, Alan Joyce dans un communiqué, précisant que cette annulation n'était pas liée au report du vol inaugural du Boeing 787 "Dreamliner".

Selon le communiqué, Qantas et Boeing ont également convenu de reporter la livraison de 15 autres Boeing 787.

Qantas avait annoncé en décembre 2005 la commande de 15 Boeing "Dreamliner", avion sur lequel l'avionneur américain a fait un énorme pari commercial mais qui a déjà pris près de deux ans de retard.

Première publication : 26/06/2009

COMMENTAIRE(S)