Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Téhéran déplore des déclarations "hâtives" du G8

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2009

Réunis en Italie, les ministres des Affaires étrangères du G8 ont appelé l'Iran à cesser la répression contre les manifestants qui contestent le résultat de la présidentielle du 12 juin. Téhéran déplore des déclarations "hâtives".

AFP - Le pouvoir iranien a affirmé vendredi que la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad avait été la plus "propre" de l'histoire du régime islamique, alors que le G8 a appelé Téhéran à cesser la répression des manifestants qui crient à la fraude.
  
"Nous pouvons dire avec certitude qu'il n'y a eu aucune fraude", a déclaré Abbasali Kadkhodai, le porte-parole du Conseil des Gardiens de la constitution, l'institution chargée de confirmer la validité des scrutins.
  
Le principal rival de M. Ahmadinejad et chef du mouvement de contestation qui a suivi l'élection du 12 juin, Mir Hossein Moussavi, et le candidat réformateur Mehdi Karoubi réclament toujours son annulation pour fraude.
  

"La dernière élection a été la plus propre" de toutes les présidentielles en Iran, a dit M. Kadkhodai. "Les examens faits au cours des dix derniers jours montrent qu'en dehors d'irrégularités mineures (...), il n'y a pas eu d'irrégularités majeures".
  
Il avait déjà exclu mardi une remise en cause de la réélection du président ultraconservateur alors que le Conseil s'est donné jusqu'à lundi pour confirmer définitivement le résultat.
  
Des manifestations sans précédent en 30 ans de République islamique ont suivi l'annonce de la victoire du président Ahmadinejad avec plus de 63% des suffrages. Mais le pouvoir est ensuite parvenu à réprimer la contestation dans la rue qui a fait au moins 17 morts selon des médias officiels.
  
Réunis à Trieste en Italie, les chefs de diplomatie du G8 ont demandé la fin des violences contre les manifestants. Tout en disant respecter la souveraineté de l'Iran, l'Italien Franco Frattini souligne que la déclaration du G8 "déplore" les violences post-électorales et invite le pouvoir iranien à respecter en particulier "le droit d'expression".
  
Le G8 n'accepte "ni les violences, ni la répression, ni l'expulsion des journalistes", a-t-il dit.
  
Son homologue britannique David Miliband a jugé "déplorables" les violences des dix derniers jours où des personnes ont été tuées ou battues. L'idée que les manifestants sont "manipulés par des pouvoirs étrangers est totalement dénuée de fondement", a-t-il ajouté.
  
Cela n'a pas empêché un influent religieux conservateur iranien, Ahmad Khatami, de demander au gouvernement de "mieux contrôler" la presse étrangère, accusée d'avoir provoqué les manifestations.
  
"Les médias américains, européens et britanniques ont montré leur perversité dans cette histoire", a-t-il dit dans un prêche lors de la prière du vendredi à Téhéran. "Ils mettent de l'huile sur le feu. Comment peuvent-ils se promener librement dans le pays. J'attends du gouvernement qu'il les contrôle".
  
"Ils mentent. Regardez l’affaire de cette dame qui a été tuée et pour laquelle (le président américain Barack) Obama a versé des larmes de crocodiles. N’importe qui voyant ce film comprend que ce sont les émeutiers qui ont crée cette histoire de toute pièce", a-t-il affirmé.
  
Il faisait référence à la mort par balle lors d'une manifestation à Téhéran d'une jeune Iranienne, Neda Agha-Soltan, dont l'agonie, filmée, a fait le tour de l'internet et provoqué une grande émotion.
  
Les autorités ont déjà imposé d'importantes restrictions à la presse étrangère depuis une dizaine de jours en lui interdisant notamment de couvrir les manifestations de l'opposition.
  
Elles ont annoncé l'arrestation d'un journaliste greco-britannique, Jason Fowden après celle du journaliste irano-canadien Maziar Bahari, travaillant pour des journaux américains. Le correspondant permanent de la BBC en Iran, Jon Leyne, a été expulsé.
  
Enfin, le candidat conservateur à la présidentielle, Mohsen Rezaï, qui a renoncé à sa plainte devant le Conseil des gardiens, a affirmé qu'il continuerait à se battre pour "réparer les dommages causés au régime islamique".

Première publication : 27/06/2009

COMMENTAIRE(S)