Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Câblo-distribution : consolidation du secteur aux États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Rififi à la FIFA"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Héros"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un mois après le début des manifestations la France suspend sa coopération sécuritaire

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le prélèvement à la source : une fausse bonne idée?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique A, artiste exigeant

En savoir plus

FOCUS

Népal : difficile retour sur les bancs de l'école, un mois après le séisme

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

FRANCE

Le procès AZF s'achève, jugement attendu le 19 novembre

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 29/06/2009

Le procès de l’explosion de l’usine AZF à Toulouse s’achève ce lundi, après quatre mois d’audience. La catastrophe avait provoqué, le 21 septembre 2001, la mort de 31 personnes et fait des milliers de blessés. Verdict le 19 novembre.

Le procès de l’explosion de l’usine AZF à Toulouse s’achève ce lundi, après quatre mois d’audience et plus de 380 heures de débats, avec les ultimes tentatives de la défense pour invalider la thèse de l’accident industriel. Le jugement du tribunal correctionnel  de Toulouse sera rendu  le 19 novembre.
 

Maître Soulez-Larivière, dernier avocat de la défense à avoir pris la parole lors du procès AZF, n’en démord pas. Pour lui, aucun élément de preuve solide n'a été retenu pour justifier une condamnation pour "faute caractérisée" de la part des prévenus. Jusqu’au bout, les avocats de la défense auront en effet contesté le "scénario d’accident chimique" qui aurait mené à l’explosion de l’usine AZF à Toulouse, le 21 septembre 2001, dans laquelle 31 personnes ont trouvé la mort et des milliers d’autres ont été blessées. Les dégâts matériels s’étaient élevés à 4 milliards d'euros.

L’accident industriel est pourtant la thèse retenue par l’accusation et la plupart des 3 000 parties civiles. Le parquet a requis "les peines maximales", à savoir trois ans de prison avec sursis et 45 000 euros d’amende à l’encontre de l’ex-directeur de l’usine,  Serge Biechlin, et une amende de 225 000 euros contre le propriétaire, Grande paroisse (groupe Total), pour homicides, blessures et dégradations involontaires.

La défense déplore le manque de preuves

L’accusation s’est appuyée sur les conclusions des experts judiciaires, qui attribuent la catastrophe au déversement accidentel sur un tas de nitrate d’ammonium (engrais ou explosif industriel) de quelques kilos d’un produit chloré (le DCCNa).

Les nitrates d’ammonium, entreposés dans la Hangar 221 de l’usine, seraient entrés en contact avec le DCCNa en provenance du Hangar 335, où sont récupérés et nettoyés les sacs de produits chimiques. Cette erreur est attribuée au salarié d’une entreprise sous-traitante, Gilles Fauré.

Le débat entre scientifiques de l’accusation et de la défense a fait rage, notamment sur la quantité de DCCNa nécessaire pour provoquer une telle explosion. Il a fallu quatre ans pour réaliser une simulation plausible de l’explosion.

Aucun des prévenus, qui contestent cette version des faits et déplorent le manque de preuves matérielles, n'a fait de déclaration complémentaire après les plaidoiries lundi. L’ancien directeur de l'usine Serge Biechlin, Daniel Grasset pour Grande Paroissse et le représentant de Total Jean-Jacques Guilbaud ont tous trois déclaré n'avoir "rien à ajouter".

Première publication : 29/06/2009

COMMENTAIRE(S)