Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Asie - pacifique

Pékin reporte sine die l'entrée en vigueur de son filtre Internet

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/06/2009

La mise en place du très controversé filtre censé protéger les jeunes Chinois des images violentes ou pornographiques circulant sur le Web a été différée. Pékin avait initialement prévu de le rendre obligatoire dès le 1er juillet.

REUTERS - La Chine va retarder l'application d'une décision obligeant les fabricants d'ordinateurs à pré-installer un filtre internet sur tout nouveau PC, rapporte mardi l'agence Chine nouvelle.

 

La mesure devait entrer en vigueur ce mercredi 1er juillet. Chine nouvelle n'a donné aucune nouvelle date ni aucune raison à ce report.

 

La mise en place de ce logiciel a été dénoncée par les internautes chinois, les fabricants de PC, les organisations de défense des droits de l'homme et plusieurs pays dont les Etats-Unis.

 

Les autorités chinoises avaient malgré tout défendu jusqu'ici l'obligation de vendre tout nouvel ordinateur équipé de ce logiciel baptisé "barrage vert" pour protéger les mineurs d'images violentes ou pornographiques.

 

Les détracteurs de ce logiciel vendu par le groupe Jinhui Computer System Engineering estiment qu'il est peu fiable techniquement et qu'il pourra être utilisé pour espionner les internautes ou bloquer des sites dérangeants pour les autorités.

 

Washington a estimé que cette mesure "draconienne" pourrait enfreindre les règles commerciales internationales.

 

La Chambre européenne du commerce a enjoint la Chine de réexaminer cette mesure posant selon elles "des questions
importantes concernant la sécurité, la vie privée, la fiabilité du système, la libre circulation des informations et le libre choix du consommateur".

 

Sexe ou politique ?

 

Une version d'essai du filtre disponible en téléchargement libre sur internet (www.skycn.com/soft/46657.html) montre les limites de ce "barrage vert".

 

Une fois installé, le logiciel bloque automatiquement des images scannées sans caractère pornographique ou violent - par exemple une affiche du film Garfield, des plats de viande de porc ou un gros plan du visage de l'acteur américain Johnny Depp.

 

Même si le fonctionnement du filtre d'images n'a pas été détaillé par son fabricant, les spécialistes jugent probable qu'il utilise un programme de reconnaissance des couleurs et des formes pour zoomer sur les zones censées montrer de la chair nue.

 

Mais son interprétation d'un contenu obscène est très large puisqu'il comprend la teinte orange de la fourrure de Garfield le chat, la peau du visage de Depp ou la teinte rosâtre d'une viande porcine dans une assiette.

 

Sans le filtre d'images, des recherches de mots comme "nu" sont bloquées mais une recherche de sites adultes renvoie à des liens vers des sites pornographiques.

 

Le logiciel permet aussi aux utilisateurs de choisir ce qu'ils souhaitent filtrer. Outre la violence et le sexe, les catégories disponibles comprennent "contenu gay" et "activités illégales".

 

Les militants de la cause homosexuelle estiment que ce filtrage de "contenu gay" pourrait nuire à la diffusion de projets de prévention contre le sida ou d'éducation sexuelle.

 

Quant aux critiques du gouvernement, ils s'interrogent sur la notion d'"activités illégales" dont ils se demandent si elle recouvre des activités politiques et sociales désapprouvées par Pékin et permettra de renforcer encore la censure existante sur les informations non validées par les autorités.
 

Première publication : 30/06/2009

COMMENTAIRE(S)