Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

FRANCE

La perpétuité requise contre le chef du "gang des barbares"

Dernière modification : 01/07/2009

La réclusion à perpétuité a été réclamée pour Youssouf Fofana, accusé de l'assassinat à caractère antisémite d'Ilan Halimi en 2006. La famille de la victime dénonce la clémence dont bénéficie les complices du principal suspect.

AFP - L'accusation a requis mardi la prison à perpétuité contre Youssouf Fofana pour l'assassinat à caractère antisémite d'Ilan Halimi en 2006, mais la famille du jeune juif a reproché à l'avocat général de la cour d'assises de Paris son manque de sévérité pour les complices.

La peine réclamée pour le chef du "gang des barbares" est assortie d'une période de sûreté de 22 ans, la sanction maximale prévue par la loi, tandis que les 26 autres accusés ont été visés par des réquisitions allant de la prison avec sursis jusqu'à 20 ans pour les deux complices jugés les plus actifs, sans compter deux acquittements.

Des peines jugées malgré tout "pas à la hauteur du crime" par les parties civiles.

"C'est un sentiment d'amertume et d'abandon pour Mme Halimi", la mère de la victime, a réagi devant la presse son avocat Me Francis Szpiner, selon lequel "l'avocat général a donné l'image d'un Etat faible qui n'a pas de courage et ne sait pas être exemplaire".

L'avocat a notamment dénoncé les "10 à 12 ans" réclamés contre la jeune fille --mineure au moment des faits-- accusée d'avoir servi d'appât pour attirer Ilan dans un guet-apens : "avec les remises de peine elle sera libre dans cinq ans et Mme Halimi va croiser celle qui a envoyé son fils à la mort", s'est-il indigné, invitant les jurés à "dépasser" les réquisitions.

Victime d'une tentative d'enlèvement par la même bande, Mickaël Douieb a lui aussi regretté un réquisitoire "un peu léger". "C'est lamentable et scandaleux", a-t-il lancé.

A ce procès qui se tient à huis clos depuis deux mois, Youssouf Fofana, 28 ans, est le seul accusé à répondre de l'assassinat d'Ilan Halimi, enlevé, séquestré puis torturé trois semaines dans une cité HLM de Bagneux (Hauts-de-Seine), un crime qu'il a reconnu à l'audience.

L'avocat général Philippe Bilger, d'après une source judiciaire, a dénoncé "une bande qui a oeuvré pour le pire" et "trouvé le chef qu'elle méritait" avec Fofana, recherchant "de l'argent à n'importe quel prix".

L'enlèvement devait cibler des juifs "parce qu'ils sont bourrés de thunes", selon les enquêteurs. Après 24 jours de calvaire, retenu en otage nu, menotté, bâillonné, Ilan Halimi avait été abandonné au bord d'une voie ferrée dans l'Essonne le 13 février 2006. Il est mort lors de son transfert à l'hôpital.

Philippe Bilger a souhaité que l'excuse de minorité, qui permet de diviser les peines par deux, ne profite à aucun des deux mineurs du procès, les estimant en âge de "savoir faire des choix", selon la même source judiciaire.

Outre la jeune fille-appât, l'autre mineur est un des geôliers d'Ilan qui est accusé de l'avoir frappé lorsqu'il souhaitait aller aux toilettes et lui aurait écrasé une cigarette sur le front.

Contre les autres geôliers ainsi que des membres du gang accusés d'avoir apporté une aide matérielle ou participé à l'un des neuf projets d'enlèvements ayant avorté avant l'affaire Ilan, des peines allant de 5 à 13 ans ont été requises. Dix ans ont été demandés contre le gardien d'immeuble Gilles Serrurier, 42 ans, qui avait trouvé les locaux.

De la prison ferme a été requise pour deux des huit accusés libres, poursuivis pour non assistance à personne en danger ou non dénonciation de crime.

Le verdict est attendu le 11 juillet, épilogue de dix semaines de procès où Youssouf Fofana a multiplié les provocations, refusant régulièrement d'assister à l'audience, lançant ses chaussures à la tête des parties civiles et révoquant ses deux principaux avocats.

Première publication : 30/06/2009

COMMENTAIRE(S)