Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

Début de l'enquête de l'ONU sur la mort de Benazir Bhutto

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/07/2009

La commission de l'ONU chargée d'enquêter sur l'assassinat de l'ex-Premier ministre pakistanais Benazir Bhutto commence ses travaux aujourd'hui. Mandatée pour six mois, elle ne sera toutefois pas habilitée à lancer des poursuites judiciaires.

AFP - La commission d'enquête de l'ONU sur l'assassinat de l'ex-Premier ministre pakistanais Benazir Bhutto en 2007 a officiellement entamé mercredi ses travaux, a indiqué un porte-parole onusien.

"Le mandat de six mois de la commission débute aujourd'hui. Elle se rendra au Pakistan, mais les dates ne sont pas encore fixées", a précisé à l'AFP Hiro Ueki, porte-parole de l'ONU au Pakistan.

La commission est chargée "d'enquêter sur les faits et circonstances de l'assassinat", non de déterminer "la responsabilité criminelle des auteurs" qui reste du ressort des seules autorités pakistanaises, selon l'ONU.

Elle remettra son rapport au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui à son tour le communiquera à Islamabad et au Conseil de sécurité de l'ONU.

L'enquête de l'ONU répond à une requête du gouvernement pakistanais issu des législatives de février 2008, remportées par le parti de Mme Bhutto.

Alors grande figure de l'opposition, Benazir Bhutto a été tuée par un kamikaze qui a ouvert le feu sur elle, la manquant de peu, avant de faire exploser la bombe qu'il portait sur lui, le 27 décembre 2007, dans la banlieue d'Islamabad, en pleine campagne électorale pour les législatives.

Le gouvernement d'alors, du président Pervez Musharraf, avait accusé un chef des talibans pakistanais, Baïtullah Mehsud, lié à Al-Qaïda, d'avoir organisé l'assassinat de Benazir Bhutto, très virulente à l'égard des islamistes.

Mais le mari de Mme Bhutto, Asif Ali Zardari, aujourd'hui président, avait publiquement soupçonné des responsables du pouvoir en place d'avoir.

Selon une enquête de la police criminelle britannique Scotland Yard sollicitée par le président Musharraf, le souffle de l'explosion avait projeté la tête de Benazir Bhutto sur le bord du toit ouvrant de sa voiture.

Première publication : 01/07/2009

COMMENTAIRE(S)