Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Ban Ki-moon rencontre de nouveau le chef de la junte

Vidéo par Marion GAUDIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/07/2009

Ban Ki-moon a de nouveau rencontré le chef de l'opposante birmane. Reçu par le chef de la junte militaire birmane, vendredi, le secrétaire général de l'ONU n'a pas obtenu de réponse quant à une rencontre avec Aung San Suu Kyi.

REUTERS - Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a été reçu vendredi par le chef de la junte militaire birmane, Than Shwe, qui n'a pas répondu pour l'instant à sa demande de pouvoir rencontrer Aung San Suu Kyi, chef de file de l'opposition.

 

"Il m'a dit qu'elle était en procès. J'ai souligné que je tenais à la rencontrer en personne", a expliqué Ban Ki-moon aux journalistes, à l'issue de son entretien avec le chef de la junte, qui a duré près de deux heures. "J'attends qu'ils étudient la demande et me répondent", a-t-il ajouté.

 

A son arrivée en Birmanie, Ban Ki-moon n'avait pas caché son intention de demander à pouvoir rencontrer pendant sa visite de 48 heures Aung San Suu Kyi, qui est détenue et en procès pour avoir enfreint les règles de son assignation à résidence à Rangoun. Selon l'opposition, ce procès est une manoeuvre du régime pour exclure la prix Nobel de la paix des élections législatives pluralistes qui doivent se tenir l'année prochaine.

 

Le procès de l'opposante, âgée de 64 ans, a été ajourné vendredi d'une semaine - jusqu'au 10 juillet - officiellement en raison d'une erreur administrative, a fait savoir son avocat. "Aung San Suu Kyi a été surprise par cette décision", a dit l'avocat, Nyan Win, à la presse.

 

La dirigeante de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) a passé 14 des 20 dernières années en détention, la plupart du temps en résidence surveillée dans sa villa de Rangoun, au bord d'un lac. Pendant la durée de son procès, elle est incarcérée dans une dépendance de la prison d'Insein à Rangoun.

 

Ban Ki-moon, au cours de son entretien avec l'homme fort du régime, a réclamé la libération de l'ensemble des risonniers
politiques avant les élections, et l'ouverture d'un véritable dialogue entre la junte et les partis de l'opposition.

 

Rencontre avec des membres de la LND

 

"Ces élections doivent être crédibles, honnêtes, légitimes, et ne doivent exclure personne", a dit Ban. "On m'a assuré que les autorités birmanes feraient en sorte qu'elles soient honnêtes, libres et transparentes".

 

Ban Ki-moon a rencontré l'homme fort du pays, qui n'a guère de contacts avec la communauté internationale, dans ses luxueux bureaux de Nayppydaw, la nouvelle capitale birmane, construite à la hâte en 2005 sur le plateau de Shan, dans l'intérieur du pays.

 

Adoptant un ton très diplomatique, Ban Ki-moon, qui effectue là ce qu'il considère lui-même comme une "mission difficile", a loué les contributions de Than Shwe en faveur de la paix, de la prospérité et de la démocratie. 

 

"Je vous remercie pour votre invitation. Je suis heureux d'être ici et de constater que vous êtes en bonne santé, depuis la dernière fois que je vous ai vu", a dit Ban au général, âgé de 76 ans, qui, en uniforme kaki, arborait ses médailles.

 

"J'aimerais contribuer à faire avancer votre pays et j'apprécie votre engagement à le faire progresser", a dit le secrétaire général de l'Onu, souriant et serrant la main de celui qui dirige le régime militaire depuis 17 ans.

 

Outre Than Shwe, Ban devait rencontrer à Naypyidaw des représentants des "partis politiques enregistrés", dont ceux de la LND d'Aung San Suu Kyi.

 

L'enjeu de la visite est grand et le risque d'échouer est important pour Ban Ki-moon, qui se trouve aujourd'hui à la moitié de son mandat de cinq ans à la tête des Nations unies.

 

Car il fait face à une salve de critiques de ses détracteurs qui estiment que son approche discrète de la fonction n'apporte
pas les résultats escomptés. Selon des diplomates de l'Onu, le Sud-Coréen entend leur prouver le contraire.
 

Première publication : 03/07/2009

COMMENTAIRE(S)